Jump to content
Puppet

Les articles de presse

Recommended Posts

Voici un article de "Rolling stone N°119 : novembre 2019" sur DM vu par Jégut:

5de22db692fcb_FR2019-11-00-p10.thumb.jpg.eabb0b246999430ba66be34dc0b5781c.jpg

Un autre article paru aussi dans "Rolling Stone N°120 Décembre 2019, vient de sortir sur "Spirit in the forest

  • Cool 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Interview de Dave sur NME

https://www.nme.com/news/music/depeche-mode-dave-gahan-humanist-collaboration-2020-soulsavers-new-album-interview-2595753

TRADUCTION

Depeche Mode Dave Gahan sur la nouvelle collaboration humaniste et ses plans pour 2020

Le chanteur de Depeche Mode Dave Gahan a fait équipe avec Humanist pour leur nouveau single «Shock Collar». Découvrez-le ci-dessous, ainsi que notre interview exclusive avec le chanteur.
Humanist est une idée originale du producteur et guitariste d'Exit Calm, Rob Marshall, qui sortira le mois prochain le premier album éponyme inspiré du film The Living Room - un documentaire sur la vie et la mort de l'auteur-compositeur-interprète Gavin Clarke.
Pour dépeindre les thèmes du disque «vie, naissance, mort, religion, mortalité», Marshall a invité sa liste de chanteurs invités à chanter - y compris son collaborateur de longue date Mark Lanegan, Mark Gardner de Ride, John Robb des Membranes, Ron Sexmith, Carl Hancock Rux, Jim Jones et Gahan.

"Je me suis impliqué via Mark Lanegan qui avait travaillé avec Rob sur ses deux derniers enregistrements", a expliqué Gahan à NME. «La musique était déjà tout ensemble et Mark avait déjà écrit les mots, donc c'était juste moi qui chantais la mélodie. C'était une étrange collaboration. Mark aurait normalement chanté cela, alors je pensais être fidèle à ce qu'ils faisaient. »

En parlant de sa connexion avec la piste, Gahan nous a dit: «Les trucs de Rob sont assez sombres. Le disque est assez inhabituel et beaucoup plus instantané. Il y a aussi beaucoup de profondeur ajoutée par Mark en tant que guitariste.
«C'est formidable de travailler avec des gens comme ça parce qu'ils vous étirent. Ayant eu la chance de faire de la musique avec d'autres personnes au cours des 40 dernières années, je suis toujours à la recherche de quelqu'un pour me sortir de ma zone de confort. Cela me rend meilleur dans ce que je fais à long terme. J'apprends tellement de gens avec de nouvelles idées. Eh bien, j'entends tellement - pour être honnête. »
Et est-il immédiatement tombé amoureux du son post-punk rétro-futuriste de la chanson?

"C'est drôle que vous disiez cela, parce que lorsque j'ai d'abord entendu la piste d'accompagnement de ce que Rob avait fait en premier, ma pensée initiale était que c'était comme Echo & The Bunnymen", a déclaré Gahan. «J'ai aimé beaucoup de ces trucs dans les années 80, et je pense que Rob est influencé par beaucoup de ces trucs complets et muraux.»
Il a poursuivi: «Je pense que c'est assez frais parce que ça s'est fait assez rapidement. Ce n'était pas trop compliqué et nous avons juste continué. C'est exactement ce que c'est et c'est certainement une bonne façon de commencer la nouvelle année. »

Gahan a ensuite expliqué comment son travail avec Humanist a agi comme une muse pour lui de revenir à créer sa propre musique.
"Tout cela a été une surprise car je suis en sommeil pour le moment, essayant de faire couler mon jus d'écriture et d'enregistrement", a déclaré Gahan à NME. "Je n'avais pas l'impression de vouloir faire quoi que ce soit, mais cela est venu et m'a fait entendre beaucoup de choses que je n'aurais probablement pas."
En savoir plus: Anton Corbijn sur son nouveau film Depeche Mode: "Ils sont le plus grand groupe culte du monde"
"Quand ces choses arrivent, c'est toujours un peu un coup de pouce dans quelque chose que je voulais faire de toute façon. Depuis lors, je travaille à nouveau avec Rich Machin sur [side-project] Soulsavers. On dirait que nous allons faire autre chose là-bas qui va probablement faire surface vers la fin de l'année. Avant cela, je venais juste de quitter la route. Pendant les six premiers mois après avoir été là-bas pendant plus d'un an, c'est toujours une transition étrange. Cette fois-ci plus que jamais, je me suis simplement dit "je ne sais plus si je veux faire de la musique". Pas parce que je n'aime pas la musique, mais parce que j'étais tellement épuisé. Pourtant, la musique est l'une des seules choses qui me semble logique dans la vie. »

Avec toutes ces nouvelles expériences qui font sortir Gahan de sa zone de confort, cela signifie-t-il que l'on peut s'attendre à un départ extrême du son pour le prochain album de Depeche Mode?
"Je ne sais pas!", A-t-il répondu. "Je ne peux pas honnêtement répondre à cette question. Depeche a enregistré tellement de disques ensemble et après une tournée, Martin [Gore, auteur-compositeur en chef et compagnon de groupe] et moi nous disons "A bientôt!" Il y aura très probablement un autre album, mais nous ne faisons vraiment pas de plans au-delà ce que nous venons de faire. Pour être honnête, ça a toujours été comme ça. Au cours des 10 premières années, nous avons pu suivre le rythme de la sortie d'un record puis d'une tournée, record, tour, record, tour. En vieillissant, vous commencez à devenir un peu plus sélectif sur ce que vous voulez faire. Je sais que Martin fait une pause pour le moment. Nous verrons."

Le premier album éponyme de Humanist sortira le 21 février. Mainman Marshall a décrit son travail avec Gahan comme «quelque chose de spécial».
"Il a accompli tant de choses au fil des ans, un homme de tête incroyable, avec une voix et une présence si élevées, mais sans le ton de célébrité ou d'ego que ce soit", a déclaré Marshall. «Très humble, doux et généreux. Lorsque nous avons tourné la vidéo, il a travaillé très dur le jour, réalisant chaque prise avec enthousiasme et énergie, ce qui n'a pas cessé tout au long de ses performances. "

Humanist partira également pour une tournée au Royaume-Uni en mars. Les dates complètes sont ci-dessous, avec des billets disponibles ici.

tickets available here.

MARCH
23 – The Sunflower Lounge, Birmingham
24 – The Lexington, London
25 – Sheffield Picture House, Sheffield
26 – Nice N Sleazy, Glasgow
27 – Riverside 2, Newcastle
28 – Soup Kitchen, Manchester
29 – Prince Albert, Brighton

 

 

 

Edited by Gahan42

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Pour info (en attendant l'acceptation de la mise sur site) 2 nouveaux magazines ont été mis dans la rubrique [Le groupe =>Magazine]: "MUSIK EXPRESS" et "MAGIC!". Le magazine Magic! a une mauvaise critique sur DM de plus le magazine est horriblement cher pour ce que c'est !

Bonne lecture.

Page ci-dessous tiré du magazine Classic POP d'avril 2020

 

2020-04-00-p81.jpg

Edited by KFDM

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 12 heures, Gahan42 a dit :

Franchement, je trouve qu'ils exagèrent, pas par rapport aux artistes mais plutôt aux majors. Vu les sommes gastronomiques que ces majors récupèrent sur le dos des artistes ça devrait être à eux (les majors) d'aider les artistes. Les plus concernés sur le problème se sont plus les indépendants. Bref comme toutes grosses, très grosses entreprises, elles ne vont pas subirent autant de dégâts comparés aux petites...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Depuis mars ils font que rembourser les gens, ils n'ont plus d'entrer d'argent. Je connais bien Katie Melua qui est produite en France par Gérard Drouot Production et Amy MacDonald par LiveNation et je peux te dire qu' en septembre si ça continue à annuler les concerts ils vont être très très mal. Sachant qu'il y a déjà des concerts qui sont annulés après septembre et qu'il essaie de reporter en 2021.

 

Edited by Gahan42

Share this post


Link to post
Share on other sites

Interview de Martin

Ģirts Ozoliņš 'd'Erica Synths' a rendu visite à Martin Gore dans son studio de Los Angeles en janvier 2020 pour parler de ses premières influences,
du processus de production et d'écriture de chansons, des documentaires qui changent ont changé sa vie,
et de ce que Martin considère comme la plus grande menace pour l'avenir de la musique.

Martin, vous avez inspiré des millions de personnes avec votre musique. Qu'est-ce qui t'inspire?

Martin - Je pense que je suis passionné de musique depuis mon plus jeune âge.
C'est la seule chose qui m'ait jamais intéressée.
Vous savez, a l'époque de mon premier emploi quand j'avais treize ou quatorze ans en tant que livreur de journaux,
je dépensais tout mon salaire et je n'en avait pas beaucoup .
Et puis, à 16 ans, j'ai trouvé un emploi dans une épicerie et mon argent a augmenté.
Et j'avais l'habitude de dépenser tout cet argent pour des albums.
Et à partir de là, après c'est est allé dans de l'équipement musical car c'etait la seule chose qui m'intéressait ...
Je n'ai pas pris pour acquis que je serais impliqué dans la musique pour le reste de ma vie parce que c'était un rêve.
Mais d'une manière ou d'une autre, c'est arrivé.
J'ai eu la chance de pouvoir faire la seule chose qui m'intéresse.

De quels disques s'agissait-il ? Je suppose qu'il y en avait beaucoup, mais il doit y en avoir qui ont une influence ?

Martin - Oui, alors quand j'avais treize ans, le glam-rock était énorme, Bowie a toujours eu une grande influence.
Mais j'étais aussi dans des groupes comme T. Rex ..et nous sommes intronisés au Rock & Roll Hall Of Fame la même année que T. Rex. C'est cool!

Si vous pensez aux collaborations, si vous pouviez choisir quelqu'un vivant ou mort avec qui aimeriez-vous collaborer ?

Martin - C'est une question très difficile.
Habituellement, j'aime créer de la musique en étant isolé.
Alors même si j'admire vraiment beaucoup les musiciens qui peuvent travailler dans une pièce avec d'autres personnes, je trouve ça… Je ne sais pas… Peut-être un peu trop intimidant.
Je le fais en privé.

Comment ça marche avec Depeche Mode alors ? Rassemblez-vous des idées déjà concrètes puis que vous fusionnez ensuite ?

Martin - Les chansons elles-mêmes sont développées en démos individuellement.
Quand nous entrons en studio, nous travaillons avec un producteur.
Les chansons se font ensuite en collaboration avec le groupe, le producteur et quiconque qui décide alors de s'impliquer dans le projet avec nous.

Que diriez-vous de 'Personal Jesus', qui est l'une de mes chansons préférées de tous les temps est-ce que ça sonne exactement comme vous l'aviez prévu ?

Martin - Non, la chanson était là, les accords étaient là, la mélodie vocale était là, mais elle n'avait pas le genre d'énergie que le résultat final a.
Nous avions décidé de garder les démos très basiques à l'époque pour que le groupe ne se contente pas de recréer la démo avec uniquement de meilleurs sons.

Vous avez beaucoup de matériel à votre disposition.
Comment choisissez-vous exactement ce qui sera utilisé dans une œuvre d'art particulière ?

Martin - Quand je rentre en studio et que je réfléchis à ce que je dois faire aujourd'hui et par où commencer, je dois toujours garder à l'esprit que mon objectif ultime est d'écrire des chansons.
Parce qu'il est si facile d'apprendre à utiliser du matériel tout le temps.
Et récemment, il y a eu des jours où je ne me suis pas senti très inspiré, alors je décide en fait que je n'essaierai pas du tout d'être créatif, à la place je vais apprendre à utiliser un équipement.
Et je vais lire le manuel ou regarder des tutoriels en ligne, puis à la fin de la journée, je me sens plutôt bien de ne pas avoir perdu la journée, mais en même temps,
je n'ai pas le même sentiment exaltant que j'obtiens en écrivant une chanson, évidemment!

Le processus d'écriture de la chanson est donc supérieur pour vous.

Martin - Oui, c'est le summum, car sans chansons, nous ne serions pas là où nous en sommes aujourd'hui.
Nous n'aurions pas ce qui nous relie aux gens.
Ce ne sont pas seulement les mots mais aussi la musique.
Je pense que vous devez avoir une connexion avec les fans.

Oui, mais quand même quand vous venez en studio avez-vous ce son spécifique en tête pour lequel vous choisissez ensuite un équipement spécifique pour créer?
Comment se déroule le processus, comment décidez-vous?

Martin - C'est un peu un processus aléatoire, je passe par des phases d'utilisation de différentes machines.
J'utilise toujours des sons eurorack et souvent des sons MU mais aussi d'autres instruments que je choisis souvent sur un coup de tête!
Récemment, je suis entré dans les trucs d'Elektron et j'ai également sorti l'OB-6 et le Prophet 6.
L'Arturia Microfreak a été un autre des mes choix préféré au cours des deux derniers mois. : 
https://youtu.be/NMeFnRBklW0 :wink:
Quels seront les choix pour les prochaines semaines ?!

Lorsque vous travaillez avec vos collègues et amis de Depeche Mode, avez-vous un emploi du temps spécifique
lorsque vous devez vous rendre en studio et êtes obligé d'avoir une sortie créative ou travaillez-vous séparément ?
Comment se déroule le processus?

Martin - Au moment où nous décidons d'entrer en studio, nous avons déjà préparé les chansons.

Alors chacun de vous a quelque chose de prêt?

Martin - Oui. C'est moi et Dave qui écrivons les chansons individuellement.
Nous écoutons les démos de chacun avant d'entrer en studio, puis nous travaillons avec un producteur pour nous assurer que les chansons fonctionnent toutes comme un tout.
Nous n'avons pas de calendrier fixe pour les sorties d'albums ou les tournées.
Personne ne nous met la pression, nous pouvons travailler à notre rythme.
Par coïncidence, nous sortons un album tous les 4 ans depuis 1993!

Quelle a été la percée majeure dans votre carrière musicale?

Martin - L'un des grands moment a été la découverte de synthétiseurs.
Je pense que j'avais environ dix-sept ans quand j'ai vu mon premier synthétiseur, un de mes amis en avait un et il me l'a prêté pendant une semaine.
Jusque-là, je n'avais joué que de la guitare, donc c'était une chose tellement excitante ! Ensuite, j'ai économisé de l'argent pour acheter mon propre synthé qui était un Yamaha CS5 bon marché.
Et c'est ainsi que les synthés sont entrés dans le monde de Depeche Mode.
Quand nous avons commencé, Vince jouait de la guitare, Andy jouait de la basse et je jouais du synthé.
Au moment où Dave est arrivé plus tard cette année-là, nous étions passés à trois synthés et une boîte à rythmes.
Les autres ont également vu les possibilités qu'offraient les synthés.

Mais maintenant, vous vous en tenez toujours à une guitare.

Martin - Quand nous jouons en live, je joue de la guitare parce que je ressens plus un lien avec le public.
Les quelques morceaux que je joue là où je suis derrière un clavier, je me sens assez distant.

Oui, c'est quelque chose que j'ai récemment réalisé lorsque vous avez un synthétiseur pré-patché et que vous changez simplement de motifs, de rythmes et de patchs
ce n'est pas vraiment une interaction avec l'instrument.
Avec une guitare, vous devez jouer.

Martin - Oui, et vous êtes tellement plus proche du public que vous pouvez réellement regarder les gens dans les yeux.
Quand nous jouons en live, je joue de la guitare parce que je ressens plus un lien avec le public.
Les quelques morceaux que je joue là où je suis derrière un clavier, je me sens assez distant.

En plus d'être un génie musical, quelles autres qualités ou intérêts avez-vous?

Martin - Je ne suis pas un génie musical ! Je suis plus un homme à tout faire, roi de rien !
J'ai juste assez de connaissances dans l'écriture de chansons, la guitare, la programmation de synthés, etc., etc., pour faire une carrière de ma passion.
Mon autre intérêt principal est les films documentaires.
Je suis tellement obsédé par eux que j'ai du mal à regarder la télévision ou les films joués ces jours-ci, mais j'ai commencé à m'ouvrir à eux!

Mon film préféré de l'année dernière était 'Jojo Rabbit', je pense qu'il a aussi obtenu des Oscars. : 
https://youtu.be/PbqlAzPn3mI
C'est une comédie sur la Seconde Guerre mondiale et un enfant qui a un ami imaginaire Hitler.
C'est à la fois très sombre et très éclairant.

Martin - Je vais essayer de le regarder, mais je devrais être très prudent en regardant des films sur les nazis,
car je lis actuellement un livre sur les espions pendant la Seconde Guerre mondiale (Agent Zigzag), et je me surprends à rêver beaucoup des nazis (rires).

En ce qui concerne les documentaires, y a-t-il une certaine direction dans laquelle vous allez ? Y'a-t-il un sujet qui vous intéresse le plus?

Martin - Je pense que je regarde à peu près des documentaires sur n'importe quoi.
Quand nous avons une liste de documentaires devant nous, je dis toujours à ma femme lequel pourrait changer ma vie?

Et ?

Martin - Il est difficile de les trouver.
Il y en a que je regarde et qui me font abandonner certains éléments c'est un peu un changement de vie.
Quand j'ai regardé 'Cowspiracy', je ne mangeait plus de viande de toute façon, mais j'ai abandonné le poisson.
J'abandonne régulièrement le poisson pendant environ trois mois après avoir regardé un documentaire ( rires ).
J'ai abandonné les crevettes, Il y a un mois, j'étais à 'Mumbai' et je suis allé me promener dans la ville, me retrouvant sur les quais où les pêcheurs entraient avec leurs prises.
Il y avait deux cents femmes qui triaient et nettoyaient les crevettes comme ça sur le sol.
Parfois, il y a des documentaires qui ont tellement de facettes différentes.
Il y a des années, j'ai regardé un documentaire intitulé 'Virunga' que j'adorais.
Il s'agissait d'une forêt nationale en République démocratique du Congo
et il y avait tellement de détails sur la survie des derniers gorilles de montagne restants et des rangers qui essayaient de les protéger des braconniers.
Il y avait aussi une guerre civile en cours, il y avait une entreprise qui essayait d'obtenir des droits de forage dans la forêt nationale.
Il y avait un peu de tout.

Martin, pouvez-vous citer quelques documentaires que vous considérez comme incontournables?

Virunga, The Internet's Own Boy, Children Underground, Tough Bond, The Fog Of War, The Act Of Killing, Capturing The Friedmans, Jesus Camp,
Searching For Sugar Man, Restrepo, Armadillo, Born Into Brothels, Blood Brother, Marwencol, Iris, Hondros, Project Nim, Terms And Conditions May Apply,
The Unknown Known, Five Broken Cameras, The GateKeepers, Iraq In Fragments, Food Inc, The Fog Of War, Don't Look Back, Good 'Ol Freda, Inside Job,
Catfish, McCullen, Lake Of Fire, Grey Gardens, Girl Model, Running Stumbled, The Invention Of Dr. Nakamats,
I Think We're Alone Now, The Facebook Dilemma, For Sama, Devil’s Playground, Pressure Cooker.

Revenons à la musique.
Je trouve que votre musique transcende le temps, si vous prenez la plupart des chansons des années 80, elles ne sonnent pas très moderne de nos jours.
Ce qui n'est pas le cas avec Depeche Mode, pour la plupart de vos morceaux.
Comment voyez-vous l'avenir de la musique ? Que va t-il se passé ensuite ? Où l'on va ?

Martin - Je crains un peu que la musique devienne un algorithme.
Bientôt tu pourras mettre tes préférences dans l'ordinateur, et dire je veux une chanson à 6 accords, dans la tonalité de do mineur et je veux un chanteur qui sonne comme un croisement entre Elvis Presley et Frank Sinatra,
ou composé un aléatoire poème avec des paroles comme Nirvana.
Je ne sais pas quand nous seront en mesure de faire cela.

Techniquement ? Je pense que nous en sommes assez proches.
Alors pourriez-vous dire que vous avez peur que la musique devienne sans âme ?

Martin - C'est fantastique que la musique soit maintenant si accessible et que tout le monde puisse la faire.
Mais comme il devient de plus en plus facile de faire de la musique sans passion ni talent, il est effrayant de penser à ce que cela pourrait signifier dans le futur.

Il y a souvent des moments où je me sens créativement envieux de pouvoir inventer quelque chose.
Par exemple, la pédale à plasma ( pédale d'effet de la société lettone Gamechanger Audio ) Que nous avons fini par transformer en module Plasma Drive.
Le concept pour augmenter le son à 3000 volts m'a rendu envieux de manière créative et d'une manière positive.
Et vous ? Avez-vous eu une chanson ou une œuvre d'art que vous souhaitiez créer?

Martin - Au cours de ma vie bien sûr, des choses comme David Bowie par exemple 'Life on Mars' est tout simplement incroyable !
J'ai toujours pensé qu'il y avait quelque chose de très spécial dans le son des Beatles.
Peu importe ce qu'ils ont fait, même si certains de tous leurs morceaux ne sont si bons vous savez, mais ce n'est pas grave.
Je ne sais vraiment pas ce que c'est, peut-être que c'était la chimie qu'ils y' avaient entre eux quatre.
Néanmoins, ils ont pu faire de la musique très expérimentale, mais tout allait bien et je pense que c'était une réussite incroyable.

Si vous deviez vous déplacer sur la lune et que vous disposiez d'une quantité de bagages raisonnablement limitée.
Que voulez-vous emporter avec vous?

Martin - J'espère que ma femme et mes enfants pourront venir.

Disons que vous n'y déménagez pas pour toujours.

Martin - C'est une bonne question. Serais-je capable d'accéder à Internet là-haut?

Peut-être, oui.

Martin - Un Ipad ou un Kindle pour pouvoir lire.
Je prendrais une guitare.
Si je pouvais prendre un synthétiseur je ne sais vraiment pas ce que ce serait !

Je crois que l'un des buts de la vie est de transmettre nos connaissances aux générations futures.
Que transmettez-vous aux prochaines générations?

Martin - Je suppose que le groupe a contribué à rendre la musique électronique non seulement accessible mais également acceptable.
Quand nous avons commencé, c'était assez inhabituel et pas du tout accepté.
Nous avions donc l'habitude d'aller aux interviews en nous attendant a une bataille ou a un combat et c'était souvent le cas.
La majorité des journalistes ne nous ont pas aimés énormément pendant une partie de notre carrière ( rires ).
Au-delà de cela, je ne sais pas, je mentionnait plus tôt la base de fans que nous avons.
Je pense que nous avons un lien spécial avec eux, je ne sais pas pourquoi, c'est presque comme si nous avions involontairement créé une secte !
La plupart de ces personnes se sont connectées a nos disques et aux sentiments que nos disques leur donnent.
Je suppose que le groupe a contribué à rendre la musique électronique non seulement accessible mais également acceptable.
Quand nous avons commencé, c'était assez inhabituel et pas du tout accepté.

Comment voyez-vous vos enfants grandir et leurs intérêts ce façonnés ? Essayez-vous de les conduire d'une manière ou d'une autre ?

Martin - J'ai trois enfants plus âgés, ils ont actuellement 28, 24 et 17 ans.
Et ils sont tous très musicaux même si je n'ai jamais essayé de les pousser dans la musique.
Ils se sont naturellement dirigés vers elle.
Les 28 et 24 ans font tous deux de la musique, parfois en live.
Et celui qui a 17 ans est très bon au piano à la fois jazz et classique.
Et les deux plus jeunes ils ont trois et quatre ans, et je ne ne les poussent pas vers la musique eux non plus.

Comme vous l'avez dit, ils dessinent mieux que vous!

Martin - Oui!

Je dois vous demander, il y a le 'Depeche Mode' avant et après Berlin.
Que s'est-il passé à Berlin ?

Martin -Je pense que c'était en partie un processus naturel de croissance.
Quand nous avons sorti nos premiers disques, nous étions très jeunes et naïfs, j'avais 19 ans lorsque notre premier album est sorti.
Et nous avons également grandi dans une petite ville en dehors de Londres appelée Basildon.
C'était assez déconnecté de ce qui se passait dans le monde, donc après avoir commencé à tourner en 1982, nous avions fait le tour du monde, nos esprits se sont élargis.
Nous avons également rencontré Gareth Jones et je pense qu'il a eu une très grande influence sur moi.
Gareth était végétarien, quand je l'ai rencontré et j'ai réalisé ce qu'il mangeait est ce que je préférais, alors je suis devenu végétarien en 1983.
Quatre ans plus tard, j'ai recommencé à manger du poisson.
Je pense que c'était son idée d'aller à Berlin, car il y vivait à l'époque.
Nous avons sauté sur l'occasion d'aller travailler à cause de David Bowie et Iggy Pop, et je pense que la ville elle-même a probablement eu une influence sur nous.
Nous étions là, nous étions loin de nos copines, nous en avons fait une aventure.
Nous allions faire la fête tous les soirs.

Martin, vous avez plus de 40 ans d'expérience dans une industrie musicale quel conseil donneriez-vous aux musiciens jeunes / débutants ?

"Essayez d'être unique".
"Prenez des influences de partout, mais mélangez-les d'une manière intéressante.
et ne comptez pas sur des algorithmes pour écrire vos chansons".

  • Cool 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


Le groupe

Tout sur Depeche Mode

Boutique

Articles sur Depeche Mode

×