Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu le plus aimé depuis le 27/02/2017 dans toutes les zones

  1. 11 j’aime
    Cet album est une surprise. Une superbe surprise ! Dans la lignée de Delta Machine que j'adore ! Je ne vais pas m'étaler en détaillant titre par titre... ça pourrait être trop long à la lecture. C'est un album qui va énormément diviser les fans (on le remarque d'ailleurs déjà rien qu'à la lecture de ce sujet) et qui ne va pas être facile d'accès au "tous public". On a une certaine innovation dans cet album avec quelques touches sonores dignes des 80's (mon ami @PasadenaMode s'est même pris le délire de penser que Jean-Michel Jarre serait passé par la production) Mes gros coups de cœur : Going Backwards, You Move, So Much Love, No More (This Is The Last Time) Mes coups de cœur (moins gros ) : Cover Me, Poison Heart Le mitigé : Poorman (manque quelque chose, ça s'envole pas) Mentions spéciales : The Worst Crime on dirait un morceau Soulsavers (j'adore les Soulsavers avec Dave) mais il manque quelque chose également, on dirait que ça va s'envoler après + de 3 minutes mais chaque fois on redescend => frustation ! Pour moi la moins bonne de l'album ! Scum : très bon morceau, mais suis le seul a être perturbé par ce "Hey Scum" qui démarre brutalement à 20 sec sur cette sublime intro ??? Les "Martin" : Eternal... comment dire... j'ai l'impression de me retrouver au funérarium au début du titre... je prend mon pied pour l'envolée (de courte durée) dès les 1:55, où la voix de Martin m'embarque pour 30 secondes... puisque ça sonnera la fin du morceau... dommage Fail, un grande première de terminer un album avec un titre de Martin. Une belle surprise sans pour autant casser la baraque, à l'image de Damaged People ou The Child Inside sur les albums précédents. C'est pas sur cet album que l'on aura droit à une pépite de Martin... la dernière étant pour moi Home sur Ultra (20 ans déjà). Bref, Depeche Mode a su innover avec son temps avec cet album, en déplaise à ceux qui auraient voulu un Violator bis, ou un MFTM 2... Si cela avait été le cas, on aurait crié au scandale, décriant le groupe d'un manque d'originalité et d'innovation se reposant sur leur lauriers... Je dis donc un grand bravo et un OUI pour Spirit J'oubliais ! Mention spéciale à la personne chargée de taper les paroles des chansons dans le magnifique livret 28 pages... Il y a des sonotones par chères sur Amazon...
  2. 10 j’aime
    Parce qu'un ressenti ça ne se juge pas, je ne me permettrai pas de juger ceux qui trouvent l'album mauvais. Mais il faut bien que les gens qui disent "DM ce n'est plus ce que c'était" comprennent une chose: DM au fil du temps, ça n'a jamais été ce que c'était. C'est d'ailleurs l'une des raison pour laquelle le groupe a une telle longévité. A ce titre, si l'on attend de cet album quelques tubes dansant, on sera déçu (Encore que soyons honnêtes, on va tous se déhancher en live sur "Going Backwards", "No More" ou "So Much Love"), mais c'est peut-être l'un des albums les plus honnêtes du groupe. Ils décrivent avec justesse une société qui sombre dans laquelle on laisse peu de place à l'espoir, et selon moi ça se traduit effectivement plus avec ce qu'on a dans l'album qu'avec des tubes dynamiques, des tempos rapides et des sonorités aiguës. L'album est lent mais bon, vraiment. Et n'oubliez pas que comme d'habitude, 1) Un album de Depeche Mode se bonifie après plusieurs écoutes, et 2) Les lives vont encore une fois être superbes et bien plus dynamiques
  3. 9 j’aime
    Je suis tout à fait d'accord avec les 3 précédents commentaires, je m'explique: J'ai 50 ans et fan depuis le début et si je continue à l’être c'est parce qu’ils ne s'enferment pas toujours à nous donner ce que nous espérons entendre et c'est tant mieux.... Pour le retour d' Alan cela fait plus de 20 ans et malgré tout le groupe a sorti 6 albums ....alors arrêtez de réclamer son retour qui n'est plus envisageable et tournez la page année 90 avec avant c’était mieux .....avant c’était avant et pas forcement mieux mais tout simplement différent et beaucoup d'entre nous plus jeune. Maintenant pour Spirit : première écoute un peu déstabilisante mais quand même du DM avec tout de suite quelques perles (ça reste mon avis) et après plusieurs écoutes du grand Dépech , je ne cache pas mon plaisir à l'écouter en boucle et reste convaincu que beaucoup d'autres vous changeront d'avis en cours de route ou après plusieurs concerts (perso pour moi c'est Lille et Paris en espérant une trilogie Paris Bercy...
  4. 8 j’aime
    Je trouve cet album juste génial ( à ma grande surprise lol). Je l'ai écouté en me focalisant uniquement sur les mélodies et la production, en faisant même abstraction du fait que ce soit Depeche Mode, pour avoir l'avis le plus objectif qui soit,et force edt de constater que la Oups dernier message posté trop vite! La qualité de la production et les mélodies sont toujours au rdv. À part Where's the revolution que je n'aime pas du tout (refrain trop naïf et pas assez accrocheur) et éventuellement Eternal, le reste est juste kiffant ! Outre Going backwards qui aurait fait un bien meilleur single, j'adore Poison Heart et les envolées vocales de Dave ( titre qui sonne très Arctic Monkeys), So much love simple mais efficace, No More (certainement une de mes préférées) qui sonne 80's à souhait, j'adore la fin. Quant à Fail, c'est un des morceaux les plus réussis, avec le choix judicieux de faire un titre rythmé au lieu d'une simple ballade. Si cet album etait sorti par un jeune groupe, on aurait crié au génie mais voilà c'est DM qui a sorti des chefs d'oeuvre de 86 à 93 donc forcément certains ont la dent dure...Ce serait bien de tourner la page a un moment, de ne plus se focaliser sur le passé et avoir un avis plus objectif, car des albums de la qualité de Spirit je n'en ai pas beaucoup écouté ces derniers temps...Et qu'on ne pense pas que je sois complaisante avec le groupe (pour info je ne suis pas fan d'Ultra que beaucoup adorent). Un excellent cru que ce Spirit, le groupe est toujours en forme et le rouge et noir va à ravir à Dave alors qu'on en profite!
  5. 8 j’aime
    après plusieurs écoutes et notamment au casque je trouve que cet album est juste génial en effet "spirit" n'est pas facile a apprivoiser au début mais pour ma part il tourne en boucle depuis vendredi !! je trouve certaines critiques assez sévères envers ce nouvel opus mais bon il faut respecter les ressentis de chacun! après pour certains fans qui regrettent encore Alan Wilder je veux juste dire qu'il n'est pas parti hier cela fait juste 22 ans qu'il a quitté le groupe ,DM a beaucoup évolué depuis et pris a chaque fois de nouvelles directions dans sa musique quitte a décevoir par moment cela m'est arrivé aussi !! si chaque albums étaient du réchauffé cela deviendrait vite ennuyeux a mon sens!
  6. 8 j’aime
  7. 8 j’aime
    j'ai le droit de dire que toutes les mimiques du Dave commencent sérieusement à me gonfler ??
  8. 7 j’aime
    Juste une petite réflexion quant à l'écoute de cet album et de la musique en général. Beaucoup préconisent l'écoute avec un casque. Je suis partisan de l'écoute avec des enceintes sur une bonne chaîne (avec les 3 voies classiques) voire en voiture, pour mieux ressentir la musique , d'une manière physique, avec les basses qui résonnent dans la poitrine, etc... N'oublions pas que les sons sont une vibration de l'air. N'oublions pas non plus de privilégier les versions CD ou vinyles plutôt que les mp3. Je veux bien redonner une chance à Spirit avec cette écoute. Voilà c'était mon instant perfectionniste . Ses you ------------------------------------------------------------------------------------ Et hop je reviens après une nouvelle écoute ... C'est vraiment pas possible à part Going Backwards qui sauve un peu la mise malgré ce côté blues (trop) prononcé et puis Where's The Revolution qui reste dans la tête toute la journée
  9. 7 j’aime
    C'est toujours après plusieurs écoutes qu'un son de Depeche Mode prend son sens à mes yeux. Les univers de leurs chansons sont bien trop particuliers pour être perçu aux premières écoutes, et les subtilités sonores bien trop intelligentes pour être appréciées de manières immédiate. Mais maintenant que j'ai écouté l'album plusieurs fois, je saisis l'univers qu'il exprime et je l'apprécie. Cet album est sans doute l'œuvre la plus méchante de leur carrière. Les morceaux ont quelque chose de brut, cruel et crasseux, mais parfois il offrent aussi une fragilité que je n'avais jamais perçue chez DM. Je parlerais presque d'un album peu accessible, une lourdeur et une négativité s'en dégage de manière plus que forte et cela peu déranger. Mais pas moi, au contraire. Je suis impressionné par la liberté qu'ils ont pris, par le cynisme qu'ils emploient, et surtout l'avant garde de leurs compositions. Spirit explore beaucoup de sonorités différentes, qui prennent le dessus de la mélodie. C'est une collection de chansons très expérimentales, et l'électronique est purement travaillée. Même si la plupart des titres ne donnent pas envie de danser, il y a quelque chose dans cet album de l'ordre de la techno. Mais une techno lente, sensuelle, qui s'habille de guitares rétro et de voix violentes. Les morceaux que je retiens sont going backwards, cover me, you moove, scum et eternal. Je trouve ces titres très surprenants, si sombres qu'ils en sont des diamants bruts aux éclats rares, mais vifs. La noirceur qui se dégage de cet album est belle, mais si forte que je n'écouterais pas Spirit tout les jours. Emotionellement, l'album est oppressant et plombant, ce que j'apprécie, mais qu'il faut savoir doser niveau écoute. Je pense que ces chansons sont faites pour être écoutée de temps en temps, pour mieux déguster leurs noirceurs tangibles et leurs sensualités perverses. Mais je sais bien que je ne pourrais pas m'empêcher de plonger plus souvent que je le pense dans ce Spirit sublime. Depeche Mode encore et toujours, baise tout, et frustre, car rien aujourd'hui n'arrive à créer quelque chose de si pertinent.
  10. 7 j’aime
    4 années d’attente, 4 années d’espoir, 4 années ……et nous voilà à la dite date…..le 17 mars 2017, jour de St Patrick, jour de sortie mondiale de Spirit. Alors je ne vais pas vous mentir, cela fait quasiment une semaine que les titres de cet opus me chatouillent les oreilles en bonne qualité, ayant réussi à choper sur le net une version CD. Je passe sur le visuel et le graphique de l’album qui est parfaitement hideux, mais bon …..on s’en fout !! Je vous poste juste mes réactions et opinions concernant le côté émotion musicale et non pas une critique sur les paroles, le sens et la portée politique des titres……je ne m’y aventurerai pas , on sait que la guerre c’est mal et que l’amour c’est mieux !! Comme d’habitude pour la première écoute d’un nouveau DM, je me cale bien confortablement, casque avec réducteur de bruit sur la tête et en voiture Simone !! 1- Going Backwards (3.5/5) : dès les premières notes, je me dis wouaou !!! la griffe de Ford à la production se fait entendre !! Une intro digne des Artic Monkeys, avec un son lourd, guitare et piano qui donne une atmosphère qui ne me déplait pas. Mais ça se gâte assez vite, car ce morceau est assez répétitif en fait, et le soufflet retombe assez vite. Mais cette entrée en matière est somme toute meilleure que sur les 2 derniers albums alors ….. 2- Where’s the Revolution (3/5): Je me pose toujours la question ……Un son industriel au possible , limite saturé de technologie , pourquoi pas ….bien que déjà entrevu et entendu sur Delta ou SOTU. Le tempo est moyen, l’accroche est moyenne, le rendu est joli à écouter, pas mal produit, mais au final …..sentiment plus que mitigé sur ce titre. 3- The worst crime (1.5/5): Oh merde, je me suis planté ….j’ai téléchargé un titre de Soulsavers ….Ah non ….pourtant …. Ok, c’est sympa, mais pour un album solo Gahan & Soulsavers , mais pas sur un album de DM. C’est mou, c’est lent, sympa pour faire une sieste et rien de plus. 4- Scum (1/5) : que dire ……je vais réserver mon propos….les mots qui arrivent dans ma tête pourraient heurter la sensibilité des plus jeunes …..Je n’aime pas, pas du tout !! 5- You Move(2/5) : ça donne presque envie ……mais …….eh oui toujours un mais ….ça me laisse sur ma faim, on a comme l’impression que …..ben non rien en fait !! 6- Cover Me (2.5/5) : ça se laisse écouter, c’est agréable à l’oreille, ça décolle doucement …….mais ça ne décolle pas. Tu sens que ça va venir et au dernier moment tu penses à la belle mère !! et là même pas demie molle !! Frustrant 7- Eternal ( nul/5): Ah ……Martin au chant ……comment dire …c’est mielleux limite dégoulinant …mais bordel c’que c’est dur pour moi …..un sommet de nullitude !!!! heureusement, c’est la purge la plus courte de l’album 8- Poison Heart (1/5): j’ai du être empoisonné, mon encéphalogramme est plat, mon enthousiasme en berne 9- So Much Love (1.5/5) : J’ai lu qu’il y avait du MFTM dans ce titre ……..mais comme Alain alors ….de loin !!! de très loin !!!! Y’a un rythme, y’a du rythme……mais y’a aussi du bruit, et trop de bruit tue le bruit !! 10- Poorman (1.5/5): aurait pu s’appeler Pacman vue l’intro digne de l’allumage d’une gameboy monochrome de la grande époque (désolé …encore mon côté vieux con) sinon voilà quoi ….rien !! 11- No More (This is the last time)(4+/5): enfin!! un titre qui passé crème !!! Le gimmick qui n’est pas s’en me rappeler Pink Floyd et son Dark Side of the Moon légendaire … celle là j’l’aime bien !! 12- Fail (0.5/5): porte bien son nom……aurait mérité le titre de Big Fail, cela aurait été plus à propos !! Ce morceau est calé en fin d’album pour faire le nombre, y’a rien qui me plaît là dedans Ce qui fait une note moyenne de l’album de 1, 8 /5, je suis généreux, j’arrondis à 2/5 … Le titre du premier single est where’s the revolution ? J’ai envie de poser la question : Where’s DM ? Where’s ce groupe qui m’a tant créé d’émotions depuis plus de 30 ans ? Where’s la diversité dans les compos ? Where’s la créativité de ML Gore ? Désolé si certains de mes écrits ne font pas très fan, ces propos n’engagent que moi, je suis fan de DM, je reste fan de DM, mais fan surement un peu nostalgique d’une époque que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître …. Comme je le disais en préambule, 4 années d’attente pour ça ? Je crois que j’ai fini de rêver à un album du génie de MFTM, de la puissance de Violator ou de la fougue de SOFAD, mais de là à ressentir une telle déception …… je ne pensais pas …..et j’en suis plus que navré !! J'irai acheter le CD ......par pure habitude, ça me servira pour caler le reste des albums sur mon étagère
  11. 6 j’aime
    Bon allez, trêve de plaisanterie après une bonne dizaine d'écoute, ça y'est j'accroche correctement, et je peux me lancer dans une petite review, toujours très personnelle bien entendu. J'ai eu l'occasion de débattre avec certains sur FaceBook, j'ai également eu l'occasion de lire de nombreux commentaires tout à fait intéressant. Il me semblait bien que cet album allait diviser, interroger et même dans un sens déranger ! Donc ! Going Backwards : Un son à la Depeche Mode, tout bonnement ! Le début du morceau me fait penser à Soothe My Soul, et très vite on se rend compte que c'est une petite bombe qui nous explose dans les oreilles. Il s'avère que depuis le début de leur carrière Depeche Mode affectionne et nous chouchoute avec le premier morceau de l'album. Une fois de plus, la messe est dite. Le son est bon, fort, puissant. La voix de Dave transcende réellement le morceau, les petits "hou" de Martin sont d'une excellence modienne incontesté ! "We feel nothing inside" à la fin du morceau répétés, c'est parfaitement joué. Clairement un des titres forts de l'album ! Where's The Revolution : J'affectionne particulièrement le titre; Nous le connaissons désormais tous et je ne m'étalerais pas. La basse est excellente, un petit manque de mélodie (qui sera redondant sur l'album..) mais l'Esprit est là et je dois avouer que c'est tout de même du bon Depeche Mode ! The Worst Crime : Ce titre n'a pour moi pas sa place sur cet album, clairement un des plus faible. The Worst Crime aurait du faire partie de l'aventure Soulsavers et non Depeche Mode. Il y a un grand manque de présence de la voix de Martin qui aurait pu vraiment relever ce morceau, le faire voler et l'amener dans ce que le groupe fait de mieux; La montée en puissance ne suffit pas à sauver le titre, même si elle est interessante. Scum : Dans un premier temps surpris par Scum. Il faut dire que c'est le premier morceau que nous avons eu l'occasion d'entendre lors de la conférence de presse. Le problème étant que nous avions pu nous imaginer une suite mental qui n'est pas celle qui nous est proposer (d'ou le danger de nous donner seulement des petits débuts de titres comme ils l'ont fait !). Après plusieurs écoutes, il s'agit une fois de plus d'un des titres fort de Spirit. Les percussions sont intrusives; la basse destructrice et jouissive (c'est la même que le groupe avait utilisé sur la première démo qui avait fuit de Hole To Feed pour mémoire !). "Pull The Trigger" ! Scum aurait clairement pu servir d'introduction à l'album, cela ne m'aurait pas gêné ! You Move : Un petit air de Dangerous sous une rythmique déstructurée un peu dérangeante sur le début du morceau; J'aime bien le style du morceau qui rappel une certaine période du groupe par moment; Ce titre est clairement l'un des plus inspiré de cet opus, même si ce n'est certainement pas le meilleur. On peut lui reprocher une forme de vide qui aurait pu être comblé par des nappes plus présentent, il n'empêche que c'est un des morceaux les plus mélodique de l'album (je sais ça fait peur !). Cover Me : Un morceau qui casse à nouveau le rythme de l'album. Il aurait été beaucoup plus fort si The Worst Crime n'existait pas. Une redondance avec Jezebel qui me déplait un peu (c'était un des pires morceaux de SOTU pour moi), mais elle est beaucoup plus entrainante (alors j'oublie Jezebel pour l'occasion !). C'est une vraie perle après plusieurs écoutes. La fin de Cover Me est excellente; une véritable montée en puissance cette fois ci, qui apporte énormément au morceau et a sa cohérence au sein de Spirit. Une petite touche mélodique supplémentaire (avec des leads léché au clavier) aurait finalisé le titre à merveille. J'en reviens à l'impression de démo que j'avais eu lors des premiers écoutes ! Eternal : Une sorte d'OVNI sur Spirit. Encore ce problème; tellement de morceaux lent qui casse le rythme que l'on en attend beaucoup (trop ?) de ce morceau qui démarre d'une manière douce et qui semblerait vouloir s'accélérer à chaque incursion de Martin. Eternal est pour moi gâché par cette fin ! Elle est sublime, magnifique (et les superlatifs me manquent) mais COURTE, trop courte ! Ils auraient pu dégainer tout leurs arsenal de synthé et nous déchirer les oreilles (en provoquant par là même un eargasm) mais c'est raté... quel dommage... Poison Heart : Le deuxième titre que nous avons découvert pendant la conférence, et quel titre ! Pour le coup, on est exactement dans ce que j'attends du groupe. Un titre épuré mais puissant. Gahan impose sa voix de la plus belle des façons, les breaks sont sublimes. C'est l'un de mes vrais coup de coeurs de cet album. Poison Heart est entrainant, le refrain est prenant et reste dans la tête. Dave à clairement là le meilleur titre qu'il n'ai jamais composé ! So Much Love : Miles Away / The Truth Is | Soft Touch / Raw Nerve en deux fois mieux. Il y a un léger manque encore dans ce morceau, ils auraient une fois de plus pu en faire un véritable tube; ca sonne creux par moment ! Ce genre de morceaux un peu bluesy quick n'est pour moi pas le point fort du groupe depuis maintenant un bon nombre d'année. Les deux titres que j'ai cités au dessus en sont pour moi une belle illustration (je ne les porte pas très haut dans mon coeur). C'est quand même mieux, mais c'est pas ça quoi, pas ça du tout qu'on attend (sauf pour la petite guitare léché qui sonne quand même pas mal !) Poorman : Là on tape dans du meilleur, on se croirait revenu sur les morceaux des années 80; Le morceau manque néanmoins de rythme (il faut l'avouer). On a envie que ça démarre fort après le "Trickle Down" de Gahan; et puis non ca repart sur une vieille guitare blues qui nous endort... Et puis ca repart de plus belle sur le même ton que le début. Alors il y a un gros point fort ici, c'est le refrain qui sonne du feu de Dieu, mais qui aurait mérité mieux. C'est encore une fois trop bluesy, veillot presque, alors que ça aurait pu également faire un tube avec un petit lead de synthés bien posé ! No More (This Is The Last Time) : Le voila ! Le MORCEAU de Spirit pour moi ! Je le squatte en mode repet ! Il aurait pour moi du terminer l'album; il aurait fait une superbe conclusion (je pense qu'il y a due y avoir des discussions assez coriaces pour qu'ils finissent ici). Le mettre à la fin aurait peut-être signé une véritable fin pour le groupe ("This Is The Last Time... I Say Goodbye), c'est peut-être ça qui a freiné nos petits poulets ! Tout est bon dans No More, franchement rien à jeter; Les chorus de Martin sont parfaits, la voix de Dave est dedans, les synthés sont là et propre. Bref, c'est ce que j'attendais du reste de l'album. Fail : Mettre Fail en fin d'album était une obligation. Pourquoi ? Parce que le mettre un titre avant aurait encore plus flingué l'album (le titre est très lent). En revanche, c'est un des titres fort de cet opus. C'est du très très bon Martin, et ca fait du bien. Sur Delta Machine nous n'avions rien eu à nous mettre sous la dent de véritablement transcendant de sa part (excepté dans la version Deluxe). Là j'adore tout simplement; un bon retour dans les années 90 ou il excellait dans la ballade déstructurée. En live, ça va être à se tirer une balle par contre, mais là ca sonne royalement bien ! En Bref : Ce n'est clairement pas l'album que j'attendais de leurs part, connaissant un peu le travail de James Ford avec notamment Foals, je pensais qu'on allait se faire un peu bouger. Raté, on s'endormirait presque sur la quasi totalité des morceaux. Si je me rappel bien j'avais lu que le groupe était partie pour faire un album de 10 morceaux et que le prod avait dit que 12 serait plus adapté. Il s'avère qu'en effet pour moi la quasi moitié de l'album n'est tout simplement pas bonne ou plus gentiment pas finalisé. Pour moi Spirit c'était : - Going Backwards - Where's The Revolution - Scum - You Move - Fail - Cover Me - Poison Heart - So Much Love - No More (This Is The Last Time) Le rythme est beaucoup trop haché, et l'album manque clairement de cohérence (on est dans la continuité des précédents). J'ai presque l'impression d'entendre un patchwork de ce que sait faire le groupe sans que ça soit la perfection attendu. Depuis Ultra, il y a un petit truc en moins (la drogue et l'alcool peut être ?) qui fait que le groupe n'est plus aussi brillant. Restons sur une note positif, cette album est quand même bien meilleur que la majorité des autres groupes du moment (et de loin); mais ils sont capable de tellement mieux !! Avec les trois derniers albums ils auraient pu en pondre un parfait avec une petite playlist du style : - Hole To Feed - In Sympathy - Perfect - Corrupt - Come Back - Secret To The End - Brocken - Should Be Higher - Soothe My Soul - Going Backwards - No More (This Is The Last Time) - Fail Et ils avaient même des bonus de ouf ! Bon l'avantage de la version deluxe c'est qu'on aura pas les boules comme la derniere fois que des titres comme All That's Mine est été relayé au second plan (parce que là je les aurait clairement bouffés !). Je ne sais pas si nous serons d'accord sur tout ça; j'ai un avis assez tranché. J'ai encore besoin d'écouter tout à, nottament en roulant (la voiture c'est un endroit génial pour écouter DM). Mais un sentiment de déception domine, même si la joie est grande de retrouver un grand album. Pour résumé, j'attendais plus et mieux ! La bise les modiens
  12. 6 j’aime
    Bonsoir à tous pour un court passage. Je passe souvent en invité et sans une actu soutenue sur le groupe je n'ai pas grand chose à dire alors voilà. Mais la sortie de l'album apporte forcément un peu de matière et moi aussi j'ai envie d'émettre mon avis sur ce dernier opus. 01.Going backwards: C'est un excellent choix pour ouvrir cet album et j'imagine qu'il sera LE choix pour entamer les concerts. Je le trouve évident dans sa construction, c'est super efficace. C'est aussi sans doute un des seuls morceaux dont la mélodie me revient aisément. 02.Where's the revolution: Alors là c'est assez spécial. Le titre est bon, et comme beaucoup, la première fois que je l'ai entendu j'ai pensé à Corrupt. C'est un peu le Unforgiven II de Metallica. Ce morceau est bon parce qu'il ressemble a Corrupt, et j'adore Corrupt. 03.The worst crime: Ouais, l'ambiance est reposante, ça s'écoute tout seul. 04.Scum: Excellent, au risque de faire hurler, pour moi c'est le RUSH de SPIRIT. Un bon titre rageur et cette voix trafiquée renforce cette idée. J'adore tous les sons. Je suis très fan de ce morceau tout simplement. 05.You move: Avec Scum, mon titre préféré de cet album sans hésiter. Y'a une atmosphère louuuuurde dans ce morceau, on pense à du NIN. Dieu que c'est bon. 06.Cover me: j'avais lu ici et là que c'était le titre phare de l'album....je n'irai pas jusque là mais quelle claque quand même. C'est d'une beauté et d'une simplicité à la fois. Et puis cette voix! Sans déconner, je n'avais pas eu de frissons comme ça depuis Sister of night version album. 07.Eternal: mauvais ou médiocre, si ce n'est pas pareil, la vérité (pour moi) est au milieu. Bref, elle m'ennuie. 08.Poison heart: C'est mieux qu'eternal, mais quand même, on s'fait chier. 09.So much love: Allez, un peu d'énergie, on aurait pu s'endormir en à peine 6mn. C'est pas mal. Pareil, ici on peut essayer de se refaire la mélodie dans nos petites têtes, il y a quelque chose d'entêtant. Et puis tous ces sons, ça fuse dans tous les sens. Un très bon morceau. 10.Poorman: Oui et non, ça aurait été bien que ça décolle un peu plus à moment quand même. Alors il y a ce son de guitare UN PEU à la Surrender. Mais bon ce titre va finir par me plaire beaucoup. Il me fait penser à Pleasure little treasure dans le sens où il m'a fallu une éternité pour ne plus me passer de l'écouter sur MFTM ou 101. 11.No more....: Mouais, sans plus. 12.Fail: pu**** de Pfffff Voilà, en gros je suis très fan des 6 premiers morceaux. Ensuite 4 moyens et surtout, là ça devient une constante très gênante, les titres Martin me gonflent. j'en ai ras les oreilles de sa voix à la Amel Bent. trop c'est trop et puis depuis Ultra, aucun album n'a fait la part belle aux titres de Martin. Cet album avec 9 titres faisait l'affaire, ou alors ils nous ont mis de côté des pépites sans le savoir. Maintenant se pose aussi l'autre question, j'ai cette impression que peu de morceaux sont jouables humainement côté synthés, je ne vois pas quelle partie va jouer réellement Gordeno, et lui surtout vu que le reste va se résumer aux quelques accords de Gore à la guitare, la batterie de Eigner et le vide de Fletch... Allez, c'est mieux que SOTU mais égal à DELTA MACHINE....pour l'instant.
  13. 6 j’aime
    Je comprends pas trop certaines critiques très sévères ici ? C'est clair que si vous vous attendiez à du Just Can't Get Enough ou People Are, ce temps là est révolu depuis que Martin a intégré sa guitare Aujourd'hui c'est plus de l'expérimentation entre blues-rock et électro ! Apparemment ça plait pas à tout le monde mais ça montre au moins que le groupe évolue ! Allan Wilder ? Ok il a contribué derrière Martin ! C'était bon ! Son remix In Chains rien à dire ! Toutefois, s'il était si bon comme vous le présentez on entendrait parler de lui or c'est pas le cas ... Puis de toute manière il ne reviendra pas.
  14. 6 j’aime
    Déception... Même après plusieurs écoutes, pour moi, c'est mauvais ! Le plus mauvais DM (fan depuis 1983) Pas ouf de WTR, je trouve que c'est bientôt le meilleur morceau de l'album... Que se passe-t-il ? Avant Exciter, je savais écouter tous les albums en entier. Depuis, y'a toujours des morceaux que je zappe. Heureusement qu'ils ont un glorieux passé, car si un nouveau groupe sortait cet album...il n'y aurait pas beaucoup de ventes ni de monde au concert ! Hâte de les revoir en concert à Lille ! (10ème fois) Mike
  15. 6 j’aime
    Comment ne pas s' attendre à des titres forts , comment ne pas vouloir être remué ou bouleversé quand le groupe fait le choix d'appeler son 14ème album " Spirit " terme lourd de sens à l'instar d'un songs of faith and devotion, dans une période en perte de repères et d'illusions ? Je ne sais pas si j'ai perdu la foi mais je n'ai pas trouvé mon chemin dans les différentes voies explorées par cet album, je suis restée aux portes sans trouver les clefs de la béatitude auditive . Pire, j'ai zappé quasi tous les morceaux en plein milieu des pistes , pas de coup de foudre, pas d'accroche immédiate, agacée par des refrains souvent redondants. Contrairement à Jarrofile, mon coup de coeur va à " the worst crime " . Ce morceau épuré qui fait la part belle à la voix de Gahan , qui là ne force pas outre mesure , est tout simplement une réussite; il aurait pu être une petite merveille en décollant un peu plus. En résumé, une 1ère approche laborieuse et décevante mais descendre cet album serait un peu trop facile et surtout injuste. Je vais prendre maintenant le temps d'apporter une plus grande écoute à chaque morceau, regarder de plus près les textes et laisser le temps faire son oeuvre. Je sais déjà que je serai plus indulgente la prochaine fois, je n'y peux rien, je les aime .
  16. 6 j’aime
    Oh punaise je ne ferai vraiment pas mieux @Jarrofile pour moi c'est juste copier/coller de tes commentaires, parfaite dissection de l'album, vraiment bravo ce sont exactement mes ressentis d' "aujourd'hui" mais comme on sait tous dans quelques temps les gouts vont encore changer quand on sera en pleine immersion c'est tellement difficile de juger aux premières écoutes, qu'elles soient aux nombres de 10 ou 20 ne pas se laisser influencer par les autres avis et commentaires, pas de parasites, en tête à tête avec DM je suis tellement contente de les retrouver Dave devient vraiment très très bon dans ces titres on se relit dans quelques écoutes ;-) Il va encore faire jaser celui là !!
  17. 5 j’aime
    @guirex très belle plaidoirie, c'est ce que j'avais à peu près écrit dans un post il faut qu'on évolue avec DM et notre temps et laisser le passé au passé je me disais même que ce serait drôle de savoir si SPIRIT était sorti en 93 et SOFAD en 2017, quel auraient été les ressentiments, et bien moi je me dis sûrement les mêmes car on aurait vécu le passé SPIRIT !! bref !! je reviens sur mes avis après (comme beaucoup de monde) maintes et maintes écoutes je ne suis pas musicienne, je n'ai pas de connaissances techniques vocales ou instrumentales une fan lambda et pour moi c'est un pu**** d'album que ce SPIRIT j'ai beaucoup aimé ce coté inaccessible Dave a dit qu'il aimait quand un album n'était pas facile à la première écoute, je suis d'accord cela nous fait rentrer dans un état qui va au delà de l'écoute, il faut qu'on décortique jusqu'à la traduction pour comprendre la mélodie qui va avec ... c'est réussi, franchement, j'ai aimé passer par toutes ces étapes, du doute, de la perplexité, de la compréhension, et hop de l'attachement mon gros gros coup de cœur <3 <3 <3 <3 Cover Me : une voix exceptionnelle et j'adore la construction de la chanson, ça change tellement et je me trompe ou pas mais pour moi ce morceau est vraiment du pur DM des années 80 avec la mélodie, j'aime que ce soit moitié paroles / mélodie, c'est de la bombe baby ;-) j'aime énormément <3 <3 <3 Going backwards / The Worst Crime / So Much Love / No More / WITR j'aime <3 <3 Scum / You Move / Poison Heart / Poorman se laisse écouter <3 Eternal pas possible :-/ Fail (plus ça va et plus je ne peux plus écouter les tremolos de Martin ... dommage) Voilà, résumé c'est un terrible album j'aime le fait que DM ne cherche pas à faire du commercial, il reste un groupe avec une musqiue particulière j'aime j'aime j'aime, très heureuse de ce cru 2017
  18. 5 j’aime
    Coucou les amis un petit CR de ce fameux concert très très privé eeuuuhhh ... comment dire ... il me semble que j'étais seule mais il parait que non ???!!!! l'émission était sympathique, surtout le public quand on est arrivé ils nous ont placé, mal placée dès le début, pas contente !!! gagnante de tmc je pensais qu'en rentrant la première on serait privilégié mais en fait juste avant le single ils ont fait rentrer les gagnants de rtl2, retrouvailles avec @dm4ever :-D, devant la scène et on devait nous les rejoindre après ... grrr donc pour le single placée derrière, mais je n'ai pas dit mon dernier mot ;-) ensuite les gens qui étaient assis à l'émission devaient retourner s'asseoir et les autres attendre par terre ... ouh la rebelle Rosemode, comme si j'allais retourner m'assoire tout la haut la haut pour me retrouver tout derrière après, je suis restée assise par terre pas très loin de l'endroit fatidique, non mé !! l'interview se passe, pas très intéressant les questions, c'était pas du haut niveau même Dave se demandait quoi répondre, vous comprenez si vous avez regardé l'émission !! j'ai eu le droit à un petit signe de Dave en réponse au mien discrètement, c'était cool <3 puis "levez vous tranquillement vers la scène", retour dans la cour de récré même à nos âges, mdr !! je semble plus loin qu'en réalité sur la vidéo plutôt bien placée à deux longueur de bras le mien / le sien ;-) et c'est part .... ce son mon dieu, au top du top, DM est dans mon salon, c'était jouissant musicalement <3 le groupe charmant, détendu, souriant, complice Dave souriant, taquin avec le public, génial ... et cette voix, quel pied je confirme que SPIRIT a sa place en live, après entre une scène studio et une scène grand stade pas sûre que le résultat soit le même je me sens privilégiée d'avoir vécu ce formidable moment intimiste avec eux : inoubliable !! maintenant je joue à rtl2 pour le pass vip du sdf ... mdr
  19. 5 j’aime
    Entièrement d'accord, le groupe évolue et c'est mieux que des vieux ringards qui jouent sur leur passé ! Quant à Alan Wilder, c'est vrai que c'est un rêve de le voir à l'oeuvre et ça n'arrivera jamais, j'en suis aussi quasiment sûr ; mais je le confirme : il est aussi bon qu'on le dit tous !!! Par contre, c'est un bon compositeur mais pas exceptionnel, il est bien meilleur arrangeur : son talent, c'est de mettre en valeur les créations des autres.
  20. 5 j’aime
    Tout le mal que je nous souhaite maintenant, est un retour de flamme dans 4 ans !
  21. 5 j’aime
    Pas faux, le passé ne doit pas empêcher d'avancer mais il reste une référence, je n'attends en aucun cas une redite d'un quelconque album à la sauce 2017 ( ce qui est fait, n'est plus à faire ) mais j'attends toujours d'être embarquée, surprise par leur musique, leurs mots, leurs voix ....d'être addict de nouveau et toujours. Je ne suis pas nostalgique de leurs anciens albums, je suis nostalgique de leur génie musical, leur capacité à nous faire vibrer. Bien sûr, ce sont les boss dans leur domaine, leur identité musicale est forte et leur expérience, leur maturité en imposent. Tous les ingrédients sont encore réunis aujourd'hui et la recette est parfaite mais il manque cette pincée d'un " je ne sais quoi " dont ils avaient le secret et qui faisait toute la différence . J'ose espérer que cela ne s'appelle pas la jeunesse
  22. 5 j’aime
    On le croirait constipé Sinon, vous avez vu que Fletch a échangé sa banane contre une pomme
  23. 5 j’aime
    il était bien le concert de DM ??.........ah ouais , c'était énorme !! j'ai vu le haut de crane de Gahan pendant 2 plombes, c'était top !! j'adore le voir chanter comme une pintade asthmatique , cassé en deux avec des mimiques dignes du fucking blue boy ......... BORDEL !!!! DAVE !!!! REMUE TON BOULE COMME A LA GRANDE EPOQUE !!!!! et vire moi ces pu**** d'oreillettes de merde !!!! sorry ....fallait que ça sorte
  24. 5 j’aime
    Depeche Mode sera le 1er mars dans le tonight show de Jimmy Fallon. Elle sera surement retransmit sur Canal + par la suite. Concert RTL2 retransmit sur TMC :
  25. 5 j’aime
    Impression de l'album d'une personne aillant écouté l'album. Cet album est selon moi le meilleur depuis Songs of Faith. Ce qu'il y a de très notable selon moi c'est que l'album résonne comme un croisement triangulaire Music for the masses/Violator/Songs of Faith sous une prod électro assez puissante, typique de ce que fait Ford avec Simian. Les échos du triptyque passé sont souterrains voire subtils mais une fois captés, l'ensemble est extrêmement cohérent, plaisant et même jubilatoire à certains moments. Il n'y a à mon sens qu'à deux reprises que le son "bruitiste" de Ford prend trop le dessus et ça donne les chansons les moins convaincantes. Enfin, je ne suis pas un ayatollah du matos perfectionné, je n'y connais d'ailleurs rien, mais un bon casque optimise évidemment l'écoute. Peut-être que sans ça je n'aurais pas capté tout ce qui va vous être décrit ci-dessous. 1 - Going Backwards : l'intro à la guitare rappelle non pas dans sa mélodie mais dans la sonorité Personal Jesus, avec son côté bluesy. L'ambiance derrière est assez menaçante. Vite le rythme électro se fait percutant, avec une batterie claire (on peut y déceler du Never let me down again, derrière l'ambiance un poil indus). Belle et efficace entrée en matière. 2 - Where's the Revolution : bon vous connaissez déjà et avez digéré. Je n'en rajoute pas, sinon pour dire que ce morceau limpide, aussi puissant soit-il, n'est pas forcément dans la tonalité de l'album. 3 - The Worst Crime : premier sommet du disque. Les accords de guitare se font doux et posent une ambiance étrange. On se croirait dans un film de David Lynch. Beaucoup de réverb en fond sonore. Si Chris Isaak était remixé par Nine Inch Nails ça ferait un truc comme ça. Sauf que c'est du DM et que ça éclaire l'album. 4 - Scum : On reste dans l'étrange, mais très bruitiste et fouilli. Le son Simian prédomine. "Pull the trigger" invective Gahan avec sa voix très trafiquée, plus encore que dans Barrel of a gun. Je l'imagine mal passer en live. Elle me rappelle dans la démarche Mofo de U2 dans Pop. A ce titre peut-être qu'elle finit aussi par rentrer dans la tête. 5 - You Move : le léger coup d'arrêt se confirme. Cette chanson part avec un rythme assez lourd et un son synthé très 80's limite bontempi. Surprenant, mais la dernière partie montante avec tout l'ensemble devient assez cohérent. Sans emballer non plus. 6 - Cover Me : la baffe, le chef d'oeuvre de l'album. Vous aimez l'immense "Clean" ? Voici son rejeton en 2017. La chanson part pourtant sur des bases "country-goriennes", mais derrière l'orage gronde. L'habillage prend forme et c'est sublime. La fin n'en finit plus, et Ford (merci à lui) prolonge le plaisir, comme à 6 heures du matin lorsqu'il faut rentrer se coucher mais que le dj vous raccroche comme un maître. Je lis que Dave en serait l'auteur, je ne peux confirmer n'ayant pas vu le livret. Mais dans ce cas, il gagne définitivement ses galons d'auteur dans le groupe avec celle-ci. 7 - Eternal : première incursion de Martin au chant. On se croirait dans une église industrielle, avec cet orgue qui résonne grâce aux machines. Il y a un soupçon de Pimpf là dedans, on croit même entendre des gouttes retomber de Some great rewards. La montée finale est superbe. 8 - Poison Heart : nouvelle ambiance lynchienne, avec riffs, batterie claire qui donnent des airs durs à la chanson. Mais celle-ci s'éclaire pour finir en ballade puissante. Assez déroutant, mais de l'ambition dans la démarche. 9 - So much Love : Troisième pic de l'album, avec son entame à la The Fly (U2 encore, je sais...) Ce sera LE tube du disque, très Music for the masses dans l'esprit. Le rythme est frénétique sur ses couplets, pas Behind the Wheel mais pas loin. La guitare est là aussi discrète mais efficace. Puis s'ajoute la touche électro, très Soulwax remix. Paradoxalement, ça tient moins ses promesse sur refrain. On tenait un instant classic, on a un gros titre. C'est déjà pas mal. 10 - Poorman : Ambiance 80's, très claviers. En même temps l'esprit est bluesy, avec des voix en choeur. Le maelstrom balaye finalement 30 ans d'évolution musicale chez le groupe. Ce "retour vers le futur" s'opère véritablement dans sa deuxième partie, la chanson gagne en cohérence et la fin est vraiment cool. 11 - No More (This is the Last Time) : Dave, par ailleurs très bien jusqu'ici, impose sa voix. Mais la chanson manque de relief, hormis sur son petit gimmick synthé. Un peu plat. 12 - Fail : Deuxième incursion de Martin. Et quelle incursion ! Le son oscille entre Masses et Violator, Martin étale sa complainte. La deuxième partie de la chanson voit la prod fordienne s'imposer. Rarement, Martin aura chanté un titre aussi péchu. "Our spirit is gone" clame-t-il. Mensonge ! Au contraire, tout l'album n'aura fait que démontrer à quel point le DM Spirit est bien vivant. Voilà. Ce n'est que mon avis très subjectif. Mais personne ne me paye pour en dire du bien, et vous pouvez commencer à croire aux reviews positifs qui émergent. Dans Majomagazine J'ai essayé de traduire avec mon anglais scolaire... Après une trilogie de disques avec le producteur Ben Hillier, Depeche Mode ont changé et se sont tournés vers James Ford pour le guidage sonore. Le résultat est leur album le plus lourd sonnant dans les années, rempli d'électronique battant appariés à un état furieux de l'adresse mondiale qui atteint un sommet avec la grille contre l'apathie politique dans la révolution et le dégoût voix déformée de Scum. En revanche, au milieu du paysage sonore Angelo Badalamenti du pire crime, le racisme violent s'attaque à la tristesse, et le noir de 60, écho, Dave a écrit le bouchon d'exposition Poison Heart spot-illumine la chanteuse détailler une relation brisée avec une femme fatale. Blow by blow, tout ajoute au meilleur album de Depeche Mode depuis des années. Pour terminer Rockol pour ceux qui savent parler l'Italien. Lien : http://www.rockol.it/recensioni-musicali/album/6902/depeche-mode-spirit?refresh_ce
  26. 5 j’aime
    Malgré que ce soit un fake, J'aime bien aussi ce genre de pochette , limite film d'épovante. Sinon voici une interview du magazine Q (preview). DEPECHE MODE With Arctic Monkeys producer James Ford acting as a referee between Dave Gahan and Martin Gore, the electro-pop veterans deliver their most charged record in years. Tom Doyle Making a Depeche Mode album can be an intense affair, as singer Dave Gahan admits, mainly because of the sometimes fraught creative relationship between himself and multi-instrumentalist/chief songwriter Martin Gore. “Martin comes with a bunch of songs that he feels very cocksure about and rightly so,” Gahan notes with a laugh. “I come along with a bunch of my own demos and basically we duel it out.” While Gore has been the band’s main songwriter since 1981, Gahan has been co-writer since 2005 album Playing The Angel. For the recording of their upcoming 14th LP, Spirit, due in the spring, produced James Ford (Arctic Monkeys, Florence + The Machine) sat the pair down to talk through their collaborative differences. “I would say with this record there was a lot more tension in some ways,” the singer admits. “James was great at mediating, making us sit together, making us talk it out, making us see the strengths. He was basically like, ‘From what I know, it’s Martin’s songs and your voice and the two things come together.’” As a result, Spirit will be made up of mostly Gore’s songs, interspersed with a few choice Gahan tunes. “I’m kind of on the bench,” quips the singer. “Martin gets to play full-time, and I get a few minutes here and there, and that’s alright. I appreciate that more and respect it more, rather than it getting weird. It certainly got weird for a little bit and then it got better.” Spirit was recorded in spring and summer 2016 at Sound Design Studios in Santa Barbara and Jungle City Studios in New York, with its 10th-level floor-to-ceiling windows overlooking the High Line on Manhattan’s West Side. “We were kind of in a dungeon in Santa Barbara,” says Gahan. “Even though we were in the beautiful sunshine it’s one of those studios that’s got no windows. It’s buried away. When we were in New York it was the complete opposite. Jungle City is full of light. I like working in New York because I just feel like the city feeds what you’re doing. You get some buzz and energy.” Combined with the fact that the band are working with Ford for the first time after a trio of albums with producer Ben Hillier, Spirit has turned out to be the most energised Depeche Mode album in years. “It kind of attacks you,” Gahan enthuses. “It feels like a very confident Depeche Mode album. James was very enthusiastic. He gave us the shot in the arm that we needed. He kept us on our toes.” The first track to be released will be the rallying Revolution with its hookline: “Where’s the revolution?/Come on people you’re letting me down.” Gahan says that there is also a socio-political theme to other songs on Spirit, such as Poison Heart, Scum and No More. “I mean, you can’t not be affected by what’s going on in the world,” he reasons. “I think it’s crept on to the record, definitely. We’re all quick to jump on the liberal buttons, but let’s ‘ave some! Where’s the action?” That’s not to say that the band are now an angry political beast. “It’s all good, y’know,” says Gahan. “We’re trying to be positive. And, of course, the bottom line is we are here to entertain you, my friends.” In other words, it’s business as usual for the partnership of Depeche Mode: settling their differences for over three-and-a-half decades to produce top quality pop. traduction approximatif: DEPECHE MODE Avec James Ford, producteur de Arctic Monkeys, qui joue le rôle d'arbitre entre Dave Gahan et Martin Gore, les vétérans de l'électro-pop livrent leur disque le plus chargé depuis des années. Tom Doyle La fabrication d'un album de Depeche Mode peut être une affaire intense, comme le chanteur Dave Gahan admet, principalement en raison de la relation créative parfois lourde entre lui-même et multi-instrumentiste / auteur-compositeur-chef Martin Gore. "Martin vient avec un tas de chansons qu'il se sent très trop sur de soi environ et à juste titre," Gahan notes avec un rire. «Je viens avec un tas de mes propres démos et, fondamentalement, nous comparons" Alors que Gore a été le principal compositeur du groupe depuis 1981, Gahan a été co-scénariste depuis 2005 album Playing The Angel. Pour l'enregistrement de leur prochain 14ème LP, Spirit, dû au printemps, produit James Ford (Arctic Monkeys, Florence +The Machine) a fait asseoir la paire (le groupe???) pour parler de leurs différences de collaboration. "Je dirais avec ce disque qu'il y avait beaucoup plus de tension à certains égards", reconnaît la chanteuse. «James a été formidable à la médiation, nous faisant nous asseoir ensemble, nous faire parler, nous faire voir ( ressortir) les forces. Il était essentiellement comme, 'D'après ce que je sais, c'est les chansons de Martin et votre voix et les deux choses se réunissent.' " En conséquence, Spirit sera composé principalement de chansons de Gore, entrecoupée de quelques mélodies de choix Gahan. «Je suis un peu sur le banc», ironise le chanteur. «Martin arrive à jouer à temps plein, et je reçois quelques minutes ici et là, et c'est très bien. Je l'apprécie davantage et le respecte plus, plutôt que de devenir bizarre. Il a certainement été bizarre pour un peu et puis ça s'est amélioré. Spirit a été enregistré au printemps et en été 2016 au Sound Design Studios à Santa Barbara et au Jungle City Studios de New York, avec ses fenêtres du 10e étage au plafond donnant sur la High Line sur le West Side de Manhattan. «Nous étions un peu dans un cachot à Santa Barbara», dit Gahan. "Même si nous étions dans le beau soleil, c'est un de ces studios qui n'a pas de fenêtres. Il est enterré. Quand nous étions à New York, c'était tout le contraire. Jungle City est plein de lumière. J'aime travailler à New York parce que je me sens juste comme la ville alimente ce que vous faites. Vous obtenez un peu de buzz et d'énergie. " Combiné au fait que le groupe travaille avec Ford pour la première fois après un trio d'albums avec le producteur Ben Hillier, Spirit est devenu l'album le plus énergique de Depeche Mode depuis des années. "Il genre de vous attaque," Gahan est enthousiasme. "On dirait un album Depeche Mode très confiant. James était très enthousiaste. Il nous a donné le coup de fouet que nous avions besoin. Il nous a gardés sur nos pieds. Gahan dit qu'il y a aussi un thème socio-politique à d'autres chansons sur Spirit, tels que Poison Heart, Scum et No More. «Je veux dire, vous ne pouvez pas être affecté par ce qui se passe dans le monde», il raison. «Je pense que c'est inscrit au compte rendu, certainement. Nous sommes tous prompts à sauter sur les boutons libéraux, mais allons-nous un peu! Où est l'action? Cela ne veut pas dire que le groupe est maintenant une bête politique en colère. «Tout est bon, vous savez,» dit Gahan. «Nous essayons d'être positifs. Et, bien sûr, le résultat final est que nous sommes ici pour vous divertir, mes amis. En d'autres termes, c'est une affaire comme d'habitude pour le partenariat de Depeche Mode: régler leurs différences pendant plus de trois décennies et demie pour produire pop de qualité supérieure.
  27. 5 j’aime
    Mon plaisir du soir ! On n 'a pas fait mieux depuis !!!
  28. 5 j’aime
    On se force un peu, hein ! " l'appétit vient en mangeant " !
  29. 4 j’aime
    Salut à tous, Bon, j'ai également pris le temps d'écouter Spirit. Après plusieurs écoutes ( pour me faire une idée à peu près correcte), je reconnais être un peu déçue par l'ensemble. Non pas que je trouve l'album inintéressant mais je trouve plutôt qu'il manque de rythme. Quelques titres me plaisent beaucoup.: Going backwards, where's the revolution, scum, you move et so much love. Sinon, j avoue un peu d ennui a l ecouter, dommage.... Voilà, je n ajouterai rien d autre, certains d entre vous ont parlé de cet album bien mieux que moi.
  30. 4 j’aime
    Pour revoir le concert en 360°
  31. 4 j’aime
    Viens au stade de France un jour avant, tu auras plus de chance de les voir...
  32. 4 j’aime
    Après une semaine d'écoute régulière, voire intensive pour certains titres, je me surprend à dire que j'aime beaucoup cet album. Et j'en profite pour poser une question, qui j'espère ne sera pas mal perçue. Qu'est ce qu'il faut sur un album de DM pour m'émouvoir maintenant que j'ai 45 ans (ah ouais quand même, merde) ? Beaucoup de ressentis très divers dans ces commentaires, certains très frustrés, comme je le suis par la quasi intégralité des productions du groupe depuis le départ d'Alan. Et là me tombe cet album, qui promet sur certains titres de décoller, d'atteindre un niveau épique que je cherche tellement, une des marques de fabrique des années Wilder, et qui n'y arrive pas, ou ne veut pas. Je ne sais pas si je dois maudire ou bénir ce producteur qui nous sort un album avec une vraie noirceur comparativement aux derniers albums qui sont fades à mon goût, mais qui n'a pas voulu, ou osé les clichés de la musique électronique pour faire sauter le public à la fin d'un "so much love", par exemple, et rerster sur la tension. Je crois qu'il me faut prendre conscience qu'il me sera impossible de renouer avec la puissance des émotions ressenties lorsque Construction time again ou music for the masses sont sortis. J'ai changé, la musique a changé et une nouvelle révolution sonore du niveau de celle des années 80 est improbable, voire impossible. Lorsque DM est sorti personne dans l'histoire de la musique n'avait ça, maintenant de Squarepusher à UNKLE, de Autechre à Underworld la technologie a plus ou moins épuisée son potentiel d'innovation. Chercher dès lors à être surpris est à mon sens une erreur, car le terrain est déjà exploré assez exhaustivement, à moins de se lancer dans des expérimentations qui ont perdues Björk par exemple dans un"arty farty" atone. J'aime bien cet album parce qu'il nous livre une version mature de ce qu'en quoi DM a muté. Un groupe de rock, plutôt minimaliste, avec ça spécificité. C'est un album qui respire l'honnêteté et qui assume le minimalisme dans la tension, probablement nourri par l'ambience globale politique et sociale et ça me fait du bien de ne pas avoir que des chanson d'amour ou de rupture, merci. Donc j'invite tous ceux qui n'aiment pas cet album à le laisser s'impregner dans l'arrière plan de leur vie quotidienne plutôt que d'essayer, peut être, désespérément, de trouver un nouveau Walking in my shoes ou NLMDA, parce que je crois qu'en faisant cela on risque de passer à côté de beaux titres. Avec tout le respect que j'ai pour les avis, même tranchés, divergents du mien.
  33. 4 j’aime
    Plus j'écoute l'album plus je l'adore sauf les titres de Martin et " You Move " que je n'arrive vraiment pas. Par contre je viens d'écouter les remixes pour la première fois, je n'ai jamais été fan de remixe mais là c'est vraiment de la grosse M....
  34. 4 j’aime
    Bon, après les différents avis, les "ouais,c'est super génial".... les "ouais,c'est pas mal" .....les ....enfin ,j'y suis allé au "famous SPIRIT".....et bien avec 80 ou 200 euros,on passe une soirée charmante. Des blondes,des brunes....des rousses ouahhhh que l'embarras du choix...Comme le disait mon pépé avec ses amis Allemands ,c'est une bonne maison,bien tenue et les filles sont propres.....Mais j'ai l'impression que je ne parle pas du même "Spirit".....je l'ai pas acheté...plus de sousous, les bourses sont vides.....
  35. 4 j’aime
    je suis désolé d'emettre un avis aussi peu positif sur mon ressenti, mais pour moi, DM, c'est le bon élève de la classe qui a toujours eu des bonnes notes, alors je suis beaucoup voire trop exigeant. Je crains que ma déception ne soit proportionnelle aux espoirs que j'avais ......c'est mon côté naïf pré pubaire de l'aire Wilderienne qui ressort ....
  36. 4 j’aime
    Je reviens sur mon avis après plusieurs écoutes en plus ce week-end : au final, je trouve cet album très bon, un grand cru !!! Après la surprise de la première écoute pour la voie prise par le groupe dans Spirit (et qui change radicalement des albums précédents), j'ai essayé d'être plus objectif : et là, c'est du grand DM ! Mes coups de coeur : Going Backwards So Much Love Poorman Cover Me Les titres à ne pas manquer : Where's The Revolution, Scum, No More Les bons : The Worst Crime, Poison Heart Celles que je zappe : You Move, Eternal, Fail (désolé Martin mais elle sont pas terribles tes chansons, avis personnel ! ) C'est moins mélodique que Delta Machine, mais plus rythmé, avec un son plus moderne, et le niveau général des chansons est pour moi plus élevé que les 4 derniers albums (où le meilleur pouvait côtoyer le pire) J'arrête là mes comparaisons avec les autres albums car chacun a ses qualités et ses défauts, une seule conclusion : Spirit, un vrai bon DM ! GENIAL !!!
  37. 4 j’aime
    J'ai tout un rituel à la sortie d'un opus DM, je fais durer le plaisir, prend tout le temps à ouvrir & voir le packaging, puis je passe (qd suis en condition -bah C toute une préparation mentale la découverte d'un nouvel album DM-) bien + tard à la 1ère écoute. Je laisse poser 12 à 14h avant la seconde écoute...ect. Fan des débuts, parle de ce rituel car il a été très poussé. Pour Delta Machine j'ai laissé filtré (à fond par ex sur le Letterman Show avec le ténébreux adoré Should Be Higher, Soft Touch ect) avant sa sortie; Là j'ai suivi de loin la préparation de l'album mais en tenant à rester Vierge. Rien a fuité (pas mm à la conférence de presse où pas d extrait zicale pour moi), rien. J'ai seul écouté 2 fois le lead single Where The Révolution mais comme en me fermant les oreilles, jai vu le clip 2 fois (la semaine dernière en TV) idem, sans trop vouloir en voir & surtout écouter. On va inéluctablement vers la fin...or ce moment de découvrir un opus DM, de le poser sur la platine, est: précieux. Vraiment Sacré. Ne peux trop en parler, encore sous l'émotion & parce que C la 1ère écoute qui, si a eu lieu !! Alors j'ai horreur de faire ça, mais avant la seconde écoute en faisant court: superbe entrée en matière: Going Backwards, raffiné, puissant ! Après un son classieux jusqu'à The Worst Crime, le son "dirty" de Scum: fait woaw ! Je kiffe . Trackilist intellligente, Spirit. D'ailleurs avec You Move qui suit: tout en force ! Entêtant planant mais aussi sombre Cover Me; Eternal avec sons des débuts & à la fois d'un Counterfeint; Poison Heart assez ravageur; So Much Love ! Yeah, DM ! Après So Much Love on peut que redescendre mais on redescend bien avec Poorman. No More: très très très séduisant ! & final majestueux: Fail !! Mes dires ci-dessus sont exhaustifs. Car ce que j'ai surtout retenu de l'album C une belle production. La voix de Dieu Dave Gahan: poh ! Celle de Dieu Martin L.Gore: muuumm ! Je m'attends pas (plus) à un MTMF, Violator, SOFAD, le groupe a évolué, est mature, de cette belle sage maturité; Son léché; Spirit est un excellent magnifique cru DM. FAMOUS.
  38. 4 j’aime
    Déception pour moi également!!! Première écoute, j'ai happé en mode TGV la majorité des morceaux (mon record à a peine dépassé les 1'm sur chaque morceaux) Deuxième écoute, plus attentive mais sans grand bouleversement sauf "going Bacwards", "so much love", et No more" troisième écoute en mode repeat sur "No more" et so much love" désolé les gars mais ca confirme mon impression du début, DM n'est plus ce que c'était. Mon sentiment général est loin de l'empathie, je suis déçu tant sur la compo, la pochette. Mon objectif : voir de plus près les paroles pour me forger un espoir de voir quelquechose d'intéressant... so What!!! Je suis fan de DM depuis 1983, et je le resterai car j'ai la nostalgie de l'époque DM qui m'a bercé pendant de nombreuses années, mais là franchement je n'y suis plus...
  39. 4 j’aime
    L'album est désormais disponible sur le net de manière peu conventionnel. Je vous laisserais vous faire votre propre avis; j'aurais également besoin de plusieurs écoutes, difficile de se faire un avis... -> J'aime mieux la fin de l'album c'est le seul truc dont je suis sur là tout de suite ! EDIT (après deux écoutes en meilleure qualité) : J'ai vraiment accroché sur Going Backwards, Where The Revolution, You Move*, Poisoned Heart, So Much Love*, Poorman (la fin est superbe !), No More* * Je pense sans me tromper que ca restera mes préférés Un peu moins bien mais correct Scrum (après 3eme écoute ca pète bien quand même), Cover Me (Jezebel est de retour). Je pense qu'il manque quelque chose (quelqu'un ? qui a dit qu'Alan aurait amené encore plus !?) quand même pour que ca soit un GRAND album de Depeche Mode, on est sur le niveau de Delta Machine/SOTU. La majorité des titres auraient pu être plus aboutis, j'ai une sensation de démos assez régulière sur cet album. Je dirais même que plus j'écoute plus je trouve que nous avons ici un mélange de Sounds Of The Universe avec une pointe de VCMG et de Soulsavers. C'était un peu ma crainte (Soulsavers c'est sympas, mais deux minutes, on se fait vite chier !) et VCMG/MG je ne suis pas sur que j'ai déjà écouté l'album une fois en entier. Il y a même un côté Exciter qui ne m'enchante pas forcément par moment ! Côté mix/master, le travail me semble quand même plus propre qu'avec la bande à Hillier, même si je l'aimais bien Bref il ne se hisse pas dans ma liste 5 meilleurs albums de Depeche Mode ! - Violator - Songs Of Faith and Devotion - Music For The Masses - Ultra - Black Celebration (Bougez l'ordre suivant l'humeur) restent et resteront probablement indétronables pour moi ! Si je devais allonger la liste je pense que Playing The Angel, Sounds Of The Universe et Delta Machine passeraient en priorité dans mes préférés. Encore une fois, je n'ai écouté l'album que deux fois. Et je pense que mon avis va évoluer J'attends d'avoir vos avis aussi pour voir nos points de discordes qui je n'en doute pas vont exister tant cet album n'a rien de commun ! PS : Je ne comprends pas pourquoi ETERNAL ne va pas plus loin, c'était de la bombe la chute à la fin !!! PS 2 : La Bise les modiens et désolé pour les fautes, je file au lit ! EDIT 2 (une dizaine d'écoutes plus tard) : Going Backwards, Revolution, Scum, You Move, Poison Heart, So Much Love, No More et Fail. C'est pour moi ce qui aurait dû faire partie de cet album pour garantir une homogénéité. Le reste aurait pour moi faut l'objet de bonus pour l'édition deluxe. Fail en conclusion d'album est un mauvais choix selon moi. La rythmique de You Move me dérange quand même grandement. Il y a un manque de mélodie sur la majorité des morceaux. L'album est légèrement mieux qu'Exciter mais est globalement du même acabit. C'est tout pour le moment
  40. 4 j’aime
    Commentaire par piste de Julian Marszalek de ‘Going Backwards’ Une ouverture mid-tempo en deux accords. Les intonations de Dave donnent du poids aux traits menaçants et au sentiment de peur qui se dégagent du morceau : "Nous n'avons pas de repect / Nous avons perdu le contrôle". Cette ouverture donne le ton de ce que seront les 11 morceaux restants de Spirit. Alors que la chanson se déploie peu à peu, la grosse caisse attaque, suivie de la caisse claire pendant qu'un riff s'agite et se fraie un chemin jusqu'au sommet. "On régresse", chante Gahan d'une voix prodigieuse et dénuée de gaieté ou de joie, "jusqu'à la mentalité d'un homme des cavernes", avant de répéter en boucle le coda : "Nous ne ressentons rien". ’Where’s The Revolution’ Renforçant le thème de l'album et la direction où le groupe nous emmène, arrive "Where's The Revolution". Comme le morceau précédent, c'est un titre mid-tempo qui se régale de techno étouffante avant de laisser sa place aux slides de la guitare, aux battements forts et à une basse puissante. Les paroles permettent à Depeche Mode d'occuper le terrain politique qui a tant caractérisé leurs oeuvres plus anciennes, tel que "Everything Counts" ou "Master And Servant" pour ne citer qu'elles. "On vous a menti / On vous a gavé de vérités", chante Gahan dans cette chanson qui est dans l'esprit du temps. ’The Worst Crime’ Il est clair que l'ambiance de Spirit ne va pas s'éclaircir de sitôt. Nous entrons dans une balade...ou presque, car ici il ne s'agit pas d'une chanson d'amour mais plutôt d'une nouvelle lamentation sur l'état du monde. Une intro en guitare pincée et modifiée est soutenue par des accords de synthé soutenus et radicaux, tels d'hideux présages et un avertissement sur les terribles choses à venir. Une imagerie morbide s'infiltre dans la chanson et Dave Gahan d'humeur sombre lorsqu'il chante "Nous avions tant de temps / Comment avons-nous commis le pire crime ?". ’Scum’ Se pourrait-il que la collaboration de Gore avec son ancien acolyte Vince Clarke, produisant l'album honteusement sous-estimé VCMG, ai eu un retentissement sur le Depeche Mode de 2017 ? Cette chanson pourrait le laisser supposer, mais ceux qui s'attendent à un morceau explosif seront déçus. On reste dans la gamme mid-tempo, mais le tout ressemble à de la house music sous stéroïdes. La percussion est menée par des claquements de mains et autres claves (NDT : c'est un instrument visiblement) qui vous donneront envie d'un Roland TR-808, pendant que des synthés vintage rôdent autour de la chanson comme des rapaces. ’You Move’ Ironiquement, cette chanson aurait presque sa place dans un album de boîte de nuit délicieusement décadent de Grace Jones. Les synthés tintent et viennent s'écraser en palpitant, le tout ponctué par quelques chuintements. Il s'agit à l'évidence du morceau "sexe" de l'album, mais on a du mal à chasser l'image d'un Alan Partridge tournoyant et menaçant d'exploser son slip en cuir (NDT : je ne sais pas ce qu'il prend le gars, mais j'en veux aussi). 'Cover Me' Une autre balade tordue, introduite par des accords puissants. La basse cogne comme un coeur et les battements accélèrent peu à peu sans que la chanson perde son rythme mesure et équilibré. Mais au moment où vous pensiez avoir pigé le truc, tout devient énorme : plus de battements, plus de balayages glaçants et des rythmes qui suggèrent un clin d'oeil à "Autobahn" de Kraftwerk, le tempo en moins. ’Eternal’ Le morceau le pluc court de l'album, on a l'impression qu'il disparaît dès qu'il arrive. D'énormes accords polyphoniques donnent l'impression d'être dans une église, mais heureusement les choses s'arrêtent net avant qu'on commence à faire passer l'assiette pour la quête. ’Poison Heart’ On reste dans le mid-tempo, même si la puissance et le son augmentent grâce à une guitare bruyante et une percussion qui font penser à une ligne de production automobile de Detroit. C'est du Sérieux, un sentiment renforcé par un arrangement vocal conçu pour faire penser aux chants de forçats. Les accords de guitare gigantesques qui viennent par dessus vous font réaliser que oui, cet album a vraiment demandé beaucoup de travail. 'So Much Love' Le voilà ! C'est celui-là que vous attendiez ! On passe autre chose que la seconde, et on appuie pied au plancher pour filer vers du dancefloor divertissant. Des pulsations métronomiques vous attaquent d'emblée, et les percussions aux sonorités vintage sont un retour glorieux aux années 80. Cette chanson marque un tel contraste avec les précédentes qu'il est impossible de rester assis en l'écoutant. Un morceau sur lequel on peut dabber, un sans faute ! ’Poorman’ Et on ralentit à nouveau pour revenir au mid-tempo qui domine tant cet album. L'intro de "Poorman", comme celle de "Cover Me", lève sa casquette en cuir en direction de Kraftwerk (The Man Machine). Dirigé par une ligne de basse menaçante, les claquements de main et la caisse claire qui rythment à nouveau le morceau nous ramènent encore une fois vers les 80's. Difficile de ne pas repenser à "Everything Counts" quand arrive le couplet, "Les Corporations font du bénef' / Et gardent tout pour elles". ’No More (This Is The Last Time)’ Une puissante ligne de basse nous ouvre les portes de -eh oui- une autre chanson mid-tempo, agrémentée d'arpèges et de synthés clignotants qui construisent peu à peu un crescendo avant de se retirer. "C'est notre dernier tour de manège", nous voilà prévenus. ’Fail’ Et au cas où vous auriez encore quelques doutes concernant la gravité du 14e album studio de Depeche Mode, la profonde pulsation à deux notes de cette balade larmoyante laisse place à des percussions régulières aux sonorités vintage. C'est un peu comme si Depeche Mode essayait de se reconnecter à un passé plus insouciant, mais réalisait que le passé appartient au passé. Vous n'allez pas de sitôt sautiller sur cet album -ou, pour être précis, jamais- , mais on se doute bien que ce la n'a jamais été le but recherché. Un sage a un jour chanté "C'est pas une fête. C'est pas du disco. C'est pas de la déconnade". Ces jours sont révolus.
  41. 4 j’aime
    Bon, ben c'est bien ce que je craignais, une fois la compression outrancière du mixage ce single sonne très plat. Le pont ne monte pas, il n'y a pas d'ajout pour la version live sinon la fin chant/batterie en format stadium live pour qu'on tape dans les mains en psalmodiant "where's the revolution". C'est pas grave, je leur en veut pas, l'innovation ils l'avaient en 82, et elle est partie en 94, ils se font surement plaisir, et feront plaisir à beaucoup, tant mieux ! c'est juste sans moi. Plus ça va, plus je réalise à quel point ce chant poussé comme il le fait me fatigue, c'est le timbre qui n'est plus le même, en fait, je préferais son chant avant qu'il ne prenne les cours xD
  42. 4 j’aime
    Concert le 17 mars à Berlin en livestream en direct mais que pour l'Allemagne. Surement en différée sur un autre lien. Hier soir, manque l'interview
  43. 4 j’aime
    ah ces journalistes du magazine "interne" de chez Sony j'adore leurs avis ...leçon numéro 42 Chapitre " comment bien vendre un nouveau produit"....LE MYSTERE, SUSCITER le désir...on balance des termes improbables par exemple: beats techno très deep house,des synthés heavy....ce ne sont que des exemples qui me viennent à l'esprit (torturé)...un disque "lourd" ah mince, je n'ai plus de force dans les bras..ahhh Sony t"es booonnnneeeee ( désolé,je pense à ma voisine Asiatique)....commerciaux de chez Sony ,soyez unis....
  44. 4 j’aime
    Je suis du même avis KFDM, je n'achète la musique que sur support physique, même si je dois payer plus cher. Il faut savoir qu'un support physique n'a pas la même valeur juridique qu'un fichier informatique. Encore flou pour le moment mais un support physique peut être donné, transmis par exemple lors d'un héritage....alors que la musique sous forme de fichier, non, en fait tu paye mais tu n'as pas les droits d'un propriétaire, je trouve que c'est inacceptable. Quand j'achète quelque chose, j'estime avoir le droit d'en disposer comme je l'entend (sauf bien entendu l'utiliser a des fins commerciales).
  45. 4 j’aime
  46. 4 j’aime
  47. 3 j’aime
    pendant l'interview, je suis au sol en bas à gauche, tête blonde jean clair ça parait loin mais en fait pas du tout c'es là que j'i eu mon petit signe !!! trop loin ;-) je suis bretonne !!
  48. 3 j’aime
    4 ans d’attente pour ça ! J’adore…. Alors, à la première écoute c’est dur et déprimant, mais c’est ce qui fait la force de notre groupe. On sent effectivement le changement de production, mais enfin, malgré la prestation de Ford, je reste quand même un fervent sympathisant de Hillier et de ces trois albums majeurs. Je constate que l’album est plutôt homogène. Y a pas un I feel loved par exemple pour casser l’ambiance, et j’aime plutôt ça. Ce côté sombre et profond m’intéresse plus que la folie d’une composition rythmée et mal menée. Je vois une seule ombre au tableau, mineure….La fin des titres, que je trouve un peu bâclée. Y aurait pu avoir de meilleurs arrangements, certains titres finissent à mon gout trop rapidement. Trop bêtement. Quant à sa production en live, j’ai pas de crainte, les titres sont disposés à être joués. Simplement, stp Mart’, envoie une bonne fois pour toute la puissance et le son de ta guitare, arrête tes versions à deux balles avec Gordeno qui lassent tout le monde et plombent les concerts, et foutez nous une ligne de basse conséquente qu’on perçoit jusqu’au fond des oreilles ! 01_Going Backwards C’est très prenant, très accrocheur. Très bon premier titre, sur l’album, et en concert, ça devrait bien lancer la machine. Ça la lance sur l’album en tout cas, et de belle manière. La voix de Gore est sublime, surtout à la fin du titre. Tout est réuni pour faire de Going Backward un titre majeur de cet album et de la disco de depeche. 02_Where’s the revolution Quel bon premier single, en guise d’introduction, de mise en bouche. La basse est terrible. Alors ça vaut pas un Barrel of a gun, mais quand même, c’est bien mieux qu’Heaven, Precious ou encore Dream on n’est-ce pas. Moi j’aime en tout cas. Et ce titre, me semble t’il, passe plutôt bien dans les oreilles des non fans, les retours sont plutôt positifs. Très bons sons, très bons arrangements, ça faisait longtemps que le premier single ne m’avait pas tant plu. 03_The worst crime Ça doit partir, mais ça part pas, manquait pas grand-chose. Néanmoins ça reste dans la tête, ça ne m’embête plus de l’écouter. Je pense que Martin aurait dû la chanter et laisse la place à Dave sur Fail. 04_Scum Mouais, j’ai un peu de mal. Ça me fait penser à la musique de VCMG. Je suis pas trop client, c’est certainement pas ma préférée. Mais c’est vrai, le temps peut faire les choses. 05_You move J’aime pas trop, c’est pffff, pas construit, ou mal construit, elle va me casser les oreilles en live, ça manque de profondeur, de consistance. D’où vient cette idée, je sais pas. Et je veux pas savoir. 06_Cover me Magnifique ! Gahan dans toute sa splendeur. Quelle voix, quelle atmosphère, quelle musique, tout est bon, manquait plus qu’un couplet en plus peut-être. Mais je boude pas mon plaisir. La révélation de l’album, le Broken de Spirit. Je peux l’écouter en boucle. Attention à pas la bâcler en live…. 07_Eternal Elle a été bercée trop près du mur à mon avis. C’est une erreur, c’est pas possible autrement. C’est une démo, on a pas la bonne version, y a une erreur là ! Je trouve qu’elle avait un autre (très bon) potentiel. Mais non, c’est raté, et en beauté. 08_Poison Heart Ça reste dans la tête de belle manière, y a vraiment de belles choses. C’est un peu brut quand même. Trop à mon gout. Heureusement la mélodie et la voix de Gahan… 09_So much love Très bon titre, j’aime vraiment bien, y a plein de sons que j’adore, c’est bien foutu. Et super bien jouée en live. Allez c’est parti ! 10_Poorman Là aussi, de la qualité, c’est planant, en plus avec la voix de Gahan qui me rappelle le titre Lilian. Le rift de guitare est bien placé, c’est menaçant, et c’est tout ce que j’aime chez depeche. 11_No more Du bon depeche mode…que dire de plus, je l’adore. Portée par Gore, l’ensemble est de très bonne facture. Je ne me passe pas de l’écouter ! 12_Fail Le meilleur pour la fin, mon TITRE PREFERE (pour l’instant). Exceptionnel pour moi en plus car interprétée par Martin. Je l’écoute en boucle, ou presque. La musique est superbe, en plus du message passé. Pffff, je vois pas de défaut. Je l’attends en live, j’espère qu’il ne va pas nous la pourrir. Ecoutez là, écoutez là. La musique, les enchainements sont liés, y a pas d’à peu près. C’est du bonheur, surtout à partir de 2’50mn. Merci Mart’, pourtant je suis le plus fan de tes compos, mais là, je suis bluffé. Tout est présent, de bout en bout. Your spirit is gone. Allez, cette fois-ci, adieu !
  49. 3 j’aime
    Bon, lorsque j'écoute cet album j'ai l'impression d'écouter un album de UNKLE, "War Stories", sur So much Love en particulier. Je vous livre mes premières impressions, vu qu'en déplacement j'ai pas pû l'écouter avant hier soir. je suis persuadé que cet album va mieux vieillir qu'un Playing the angel, ou le catastrophique songs of the universe. Je ne comprends pas pourquoi les DM ont sorti "where's the revolution" en premier, c'est clairement un des titres les plus faibles de l'album pour moi. La production est en progrès et ça c'est encourageant, mais pourquoi, POURQUOI ces gens qui se suivent à la production ne sont ils pas capables de faire décoller ces titres ? De pousser les DM vers plus de feux d'artifices ? Clairement un Scum, Cover me ou So much love ont la tension suffisante pour péter, mais non, ça reste contenu et ça retombe comme un soufflé sorti trop tôt du four. Les morceaux chantés par Martin sont gâchés par son usage constant du tremolo, franchement Mart', faut arrêter là, en plus trop de sucre ça tue l'émotion. Je comprend ceux qui n'aiment pas, car ce DM qui émerge depuis plusieurs albums a abandonné la musique électronique pour un compromis rock/machines qui tranche radicalement avec ce que je considère moi comme leur âge d'or (oui quand j'entends cet album j'ai encore plus les boules qu'Alan soit parti, mais bon). Ce nouveau DM aimerait bien avoir un côté punk/rock, cet flagrant quand on voit le live à Berlin, mais le problême c'est que pour faire décoller ce genre en live, il faut savoir jouer, et ça n'a jamais été leur fort. Je vais devoir écouter cet album encore et encore pour en tirer l'essence, c'est toujours le cas avec DM, mais la différence entre cet opus et les précédents c'est qu'il me donne envie de creuser, et ça, ça fait du bien.
  50. 3 j’aime
    Tu vas pouvoir faire de la place sur les étagères . Faut toujours voir les choses du bon côté !
Ce classement est positionné à Bruxelles/GMT+02:00