Aller au contenu

depeche-mode.be utilise les cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour plus d'infos. Pour effacer ce message, merci de cliquer le sur bouton à droite : J'accepte l'utilisation des cookies
J'accepte l'utilisation des cookies


Magazines les plus visualisés

  • Rock & Folk

    Sorti en janvier 2013 | 2706 Vues
  • Best

    Sorti en septembre 1990 | 1747 Vues
  • Paris Match

    Sorti en décembre 2012 | 1706 Vues
  • Studio

    Sorti en septembre 2012 | 1584 Vues
  • Q Magazine

    Sorti en janvier 2013 | 1522 Vues

Derniers commentaires

Magazines



  • La Voix Du Nord - novembre 2013
    http://www.lavoixdunord.fr/region/annulation-du-concert-de-depeche-mode-martine-aubry-ia0b0n1709763

    Annulation du concert de Depeche Mode : Martine Aubry interpelle Eiffage
    PUBLIÉ LE 20/11/2013
    Par LAURENT WATIEZ


    La raison d’une telle intervention courroucée ? L’interview parue ce mardi dans nos colonnes de Bertrand d’Hérouville, qui a proprement « suffoqué » la présidente de la communauté urbaine de Lille. Le patron d’Elisa, la filiale d’Eiffage chargée de l’exploitation du stade Pierre-Mauroy, révélait avoir pris un « pari raisonné » en acceptant un tel concert en novembre. En l’absence de chauffage permanent, le risque était réel, avec un simple système d’appoint, de ne pas atteindre la température de 17 degrés exigé par le groupe anglais. Pari risqué, pari perdu.
    Délibérément, Martine Aubry n’avait pas voulu s’exprimer publiquement, laissant à Pierre de Saintignon le soin de porter la parole la communauté urbaine. Par souci « de ne pas voir notre stade déserté par les producteurs », dévoile-t-elle aujourd’hui. Dès samedi soir, après avoir appris la nouvelle au dernier moment, elle avait tout de même confié ses sentiments aux responsables d’Elisa et Eiffage. Sans en rajouter.
    « Catastrophée » en privé, discrète face aux médias. Mais ça, c’était avant que Bertrand d’Hérouville n’évoque dans La Voix du Nord ce fameux « pari raisonné ». « Ce matin (hier), j’en suis restée les bras ballants », soupire Martine Aubry. La confidence est à la mesure du choc subi à la lecture des propos tenus par le président d’Elisa. « C’est irresponsable », lâche la cosignataire du partenariat public privé, « scandalisée ».
    Dans une lettre publiée ci-dessous, la présidente de LMCU rappelle l’exploitant à ses devoirs, notamment sur les choix techniques et la programmation. Interrogée sur une éventuelle référence à l’installation d’un chauffage permanent dans l’appel d’offre, Martine Aubry réplique aussi sec : « Mais on n’a rien à leur demander, c’est à eux de liver un outil qui fonctionne ! On ne va quand même pas leur demander des sièges pour que les gens puissent s’asseoir ».
    Au passage, la maire de Lille rappelle qu’elle n’était pas encore présidente, entre 2005 et 2007, lorsque s’est élaboré le cahier des charges. De même, les critiques formulées par le président du groupe Métropoles communes unies (droite) à LMCU la font plutôt sourire : « Il était, avec ses amis, bien plus enthousiaste que moi sur le Grand Stade d’Eiffage ». Désormais, le constructeur est prié de réaliser, à ses frais, les aménagements nécessaires. Et de faire preuve, envers le public et au nom du rayonnement du stade, « de professionnalisme ».
    En Europe, des concerts dans les stades seulement l’été
    Pourquoi annuler le concert au stade Pierre-Mauroy alors que les prestations de Depeche Mode ailleurs en Europe sont maintenues ? Parce que la configuration de l’équipement villeneuvois est très particulière.
    En décembre 2010, sur le blog Skyscrapercity.com, qui se présente comme la plus grande communauté mondiale consacrée aux édifices de grande taille, un échange résumait bien la situation actuelle. Un internaute, se présentant comme domicilié à Miami (États-Unis), demandait « si le stade serait chauffé en hiver quand le toit serait fermé ».
    Un autre contributeur lui répondait « selon moi, non », mais il est aussitôt contredit par un troisième internaute qui fait remarquer : « Sinon, il ne pourrait pas accueillir du basket-ball, du handball, du tennis, de la natation (?) ou des concerts l’hiver, quand il fait autour de 0 ºC. »
    Mais finalement, un quatrième avait vu juste : « Il ne sera pas chauffé parce qu’il n’est pas entièrement fermé ! L’accès à la tribune inférieure reste ouvert. C’est pour ça que je ne comprends pas comment ils vont organiser des concerts par temps froid. » Chez Elisa, visiblement on ne l’avait alors pas compris.
    Ce qu’on appelle l’Arena du stade Pierre-Mauroy est d’abord le stade coupé en deux par un rideau, soit entre 20 000 et 25 000 places. Et pour augmenter la capacité de 5 000 à 8 000 places, la moitié de la pelouse se soulève, glisse au-dessus de l’autre moitié et va se cacher derrière le rideau.
    Hauteur sous plafond
    Mais à la fin, le rideau ne pouvant pas assurer une parfaite isolation, il reste un volume monstrueux à chauffer : la toiture est quand même à plus de trente mètres au-dessus de la pelouse… quand la boîte à spectacles est fermée !
    Ailleurs en Europe, la question ne se pose pas en ces termes. Le groupe anglais Depeche Mode passe dans des salles d’une capacité de 15 700 places (Birmingham LG Arena) à 20 000 places (Londres O2), des installations plus faciles à chauffer grâce à une jauge réduite et des hauteurs de plafond moins spectaculaires.
    Quant aux stades couverts polyvalents, comme l’Amsterdam Arena (Pays-Bas) ou le Veltins Arena de Gelsenkirchen (Allemagne), ils ne programment pas de concerts en hiver ! Impossible de chauffer de tels mastodontes. Au contraire, dans le stade allemand, on propose chaque année fin décembre une compétition de biathlon (ski et tir) !
    Il faut chercher dans des équipements plus petits, comme le Gelredome d’Arnhem (NL) et ses 32 500 places en configuration concert (29 600 pour le football) pour trouver des enceintes chauffées. L’installation d’un chauffage au stade Pierre-Mauroy fera donc de son Arena pouvant accueillir jusqu’à 29 500 spectateurs, une des plus grandes salles d’Europe utilisables toute l’année.
    Le courrier envoyé à B. d’Hérouville
    Monsieur le Président,
    Comme vous le savez, j’ai été catastrophée d’apprendre l’annulation samedi soir tard du concert de Depeche Mode prévu dimanche soir dans la boîte à spectacles du Stade Pierre Mauroy.
    Cette annulation tardive, alors que des milliers de personnes avaient pris leur disposition pour venir voir le concert, témoigne d’un manque de professionnalisme incompréhensible de la part d’un goupe comme Eiffage.
    En lisant aujourd’hui l’interview que vous avez donnée à la presse, je suis suffoquée d’apprendre que vous auriez fait le « pari raisonné » que la boîte à spectacles pourrait être chauffée avec un dispositif de chauffage d’appoint, en attendant l’investissement que vous avez décidé de réaliser dans les prochains mois pour installer un système de chauffage permanent.
    Si ces choix techniques relèvent clairement de l’exploitant du Stade Pierre Mauroy que vous êtes et en aucun cas de Lille Métropole, je m’étonne que la programmation de ce concert ait été faite en toute connaissance du risque. Cela est irresponsable vis-à-vis des spectateurs qui ont engagé des frais importants pour venir dans notre métropole et qui n’ont pas à faire les frais de vos « paris ».
    S’il vous appartient de définir la programmation de la boîte à spectacles du Stade Pierre Mauroy et si aucun engagement ne nous lie quant au nombre et à la répartition de ces spectacles tout au long de l’année, il nous semble impératif que l’organisation de ces spectacles soit la plus professionnelle possible et qu’elle se fasse dans le plus grand respect des artistes et des spectateurs.
    Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’assurance de mes sentiments les meilleurs.
    Martine Aubry
    Comment et où se faire rembourser?
    Le remboursement des places a commencé hier matin. Pas de cohue à signaler, même si, au stade Pierre-Mauroy, l’ouverture de la billetterie s’est faite sous l’œil attentif de plusieurs agents de sécurité. Sur les forums, la colère des fans n’étant toujours pas retombée, des mouvements d’humeur étaient à prévoir. Mais finalement, les échanges se sont effectués dans le calme.
    Aucun remboursement n’étant effectué directement au guichet, les spectateurs ayant acheté leurs places sur le site Internet de l’Arena peuvent déposer au stade, à l’intention du service billetterie d’Elisa, un dossier comprenant les billets, une photocopie de pièce d’identité et un RIB. Un virement sera effectué sur leur compte. Cette demande peut également se faire par courrier adressé au stade. C’est ce que fera Sylvie, de Lezennes, qui regrette encore de ne pas avoir pu assister à son premier concert dans l’Arena. Fataliste, elle subit, comme les 28 000 autres spectateurs. « Et je pense que je n’aurai pas de sitôt l’occasion de revoir Depeche Mode aussi près de chez moi… »
    Dans les grandes enseignes de culture-loisirs alentour, les spectateurs déçus étaient également attendus de pied ferme. Certains s’étaient même présentés à la billetterie d’Auchan V2 dès 8 h 30 lundi. Un peu trop tôt. Hier, ils étaient une dizaine à être venus se faire rembourser tout en répétant leur mécontentement au personnel d’accueil. Même ambiance chez Cultura, au Heron Parc, où une poignée de fans a défilé durant toute la matinée devant un personnel patient et courtois qui a dû essuyer quelques grincements de dents.
    Paperasse
    Mais les choses ne sont pas si directes pour tout le monde. Jean-Charles, de Lambersart, qui a acheté ses places en avant-première via l’offre SFR live pass, a reçu un mail lundi lui expliquant qu’il pouvait se faire rembourser dans les points de vente habituels. « Je ne sais pas trop ce que cela signifie, avoue-t-il. Dois-je aller dans une boutique SFR ? Au Furet du Nord ou à la FNAC ? » Un numéro de téléphone est associé. Renseignements pris, il peut effectivement se rendre dans une enseigne de culture-loisirs… ou attendre tranquillement cinq jours, son compte sera recrédité automatiquement puisqu’il a payé par carte bancaire.
    Pour Jean-Luc, du Pas-de-Calais, c’est un peu plus compliqué : les places lui ont été offertes par un ami, François, qui habite dans la métropole lilloise. C’est à lui de récupérer les billets et d’effectuer les démarches auprès de Ticketnet pour se faire rembourser. Ou comment ce qui devait être une fête se transforme en galère de paperasse…



Magazines ajoutés récemment




  • 1356 Magazines
  • Poppis
    Dernier magazine
  • JEZEBEL Dernier contributeur